Sans diplôme, sans emploi, sans partenaire

Un dossier publié par l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques, France), met en évidence le rapport entre deux phénomènes sociaux : le chômage et le célibat.

4 décembre 2012

Partager

En analysant les statistiques, l’institut a constaté que la réussite sur le marché de l’emploi et la réussite sur le ‘marché matrimonial’ sont étroitement liées.

C’est vrai pour les hommes

Le taux d’activité des hommes en couple est à tout âge supérieur à celui des hommes sans conjoint. Inversement, le taux de chômage des hommes en couple (5%) est nettement inférieur à celui des hommes sans conjoint (13%, le double !).

Un troisième élément vient s’ajouter à cette corrélation : le niveau d’étude. Un diplôme ne facilite pas seulement l’accès à un job ; son détenteur a également plus de chances de trouver un partenaire. Autrement dit, pour reprendre les mots de Jean-Baptiste Chastand, journaliste au Monde : « Plus les hommes sont diplômés, plus ils sont attirants pour les femmes. »

L’Insee avance une autre piste... Les hommes qui ont des enfants - et qui sont plus souvent en couple - seraient davantage motivés pour travailler afin de subvenir aux besoins de leurs familles.

Sans emploi, sans partenaire et victimes d’un handicap

Parmi les hommes célibataires et sans emploi, l’Insee distingue un groupe particulièrement ‘vulnérable’ : ce sont les personnes victimes d’un handicap car l’inactivité professionnelle est souvent liée à des problèmes de santé et ces personnes ont en même temps plus de mal à trouver un conjoint.

La situation des femmes est différente

Le taux d’activité des femmes en couple est inférieur à celui des femmes sans conjoint. Cependant, comme pour les hommes, leur taux de chômage est deux fois moins élevé que pour les femmes isolées.

Moins actives et moins au chômage ?! Pour les statistiques, une femme active est une femme qui travaille ou qui cherche un emploi. Cela signifie que les femmes sans emploi mais qui ne sont pas à la recherche d’un job n’apparaissent pas dans les statistiques du chômage. C’est le cas, notamment, des mères au foyer qui peuvent choisir de ne pas travailler quand leurs maris ont des revenus suffisamment importants. Un ‘luxe’ que mères de famille monoparentale n’ont pas.

Beauté, jeunesse et fertilité

Selon le sociologue Jean-François Mignot, cette divergence s’explique par les stratégies reproductives des deux sexes : les femmes préfèrent des hommes capables de subvenir à leurs besoins, tandis que les hommes sont attirés par des femmes belles, jeunes et capables de porter le plus grand nombre de leurs enfants.

Sources : lemonde.fr, insee.fr 

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.