Les riches ont plus de chances de trouver un emploi

Injuste mais malheureusement vrai, les individus moins capables mais provenant d'une classe supérieure trouvent plus facilement un emploi que les personnes plus intelligentes mais issues de classes sociales inférieures.

24 novembre 2016

Partager

Beaucoup soupçonnaient déjà cette injustice sociale. Celle-ci est désormais soutenue par une enquête menée par la Commission de la Mobilité Sociale et de la Pauvreté des enfants. Les écarts ne se situent pas uniquement entre les hommes et les femmes. Il en est de même pour les enfants issus de familles riches et ceux provenant de milieux plus modestes.

Enquête

L'organisation étudie les progrès de la mobilité sociale et cherche à réduire la pauvreté des enfants au Royaume-Uni. L'enquête a été menée auprès de 17 000 personnes âgées d'une quarantaine d'années et permit de constater que les candidats les moins appropriés mais provenant de milieux aisés occupaient encore et toujours les fonctions les plus prestigieuses.


Abigail McKnight, professeur à la London School of Economics, confirme que la recherche laisse transparaître que "les enfants moins intelligents provenant d'une famille riche auront, quand ils seront âgés de 42 ans, 35% de chances supplémentaires de percevoir un salaire élevé que ceux éduqués dans des familles plus modestes."

Cage dorée

Ces candidats sont un obstacle à une large mobilité sociale et la sabotent car ils occupent des emplois sans aucun mérite alors qu'ils pourraient laisser des prétendants bien plus appropriés travailler à leur place. Quels élément permettre de connaître une carrière couronnée de succès ? Une éducation dans une école privée ainsi qu'un diplôme. A titre exemplatif, McKnight propose le cas d'un garçon de 5 ans doté de capacité cognitives inférieures mais ayant fréquenté une école privée. Lorsqu'il sera âgé de 42 ans, ils aura 18% de chances supplémentaires (29% pour les filles) d'appartenir aux 5% de la population dont la rémunération est la plus élevée du pays.

Antécédents familiaux

Il n'y a pas que le diplôme qui leur permet d'avancer. Un père ayant obtenu un diplôme d'une Université prestigieuse aide aussi. McKnight va même encore un peu plus loin : "Même un grand-père avec un bon diplôme a un impact positif sur le salaire de ses petits-enfants."


Cela prend le plus souvent forme au travers d'effets indirects tels l'accès à de meilleurs soins ou une abondance de ressources qui augmenteront les performances individuelles. Ils ne doivent par exemple pas travailler pour payer leurs frais de scolarité et peuvent ainsi se concentrer pleinement leurs études. De plus, ils ont les meilleurs équipements à disposition et peuvent faire des stages non-rémunérés ou du volontariat dans des organismes prestigieux pour élargir leurs expériences.

Responsabilité

Alan Milburn avertit qu'il est également de la responsabilité des employeurs d'offrir des possibilités est des opportunités de stage pour que les personnes moins favorisées puissent tenter leur chance. Le monde du travail et les fonctions de haut niveau ne devraient pas uniquement être réservées aux enfants dont le réseau est le plus étoffé.


Milburn trouve scandaleux que l'avenir d'un enfant puisse encore être déterminé par une série d'éléments démographiques ou par l'appartenance à une certaine classe sociale. Les privilèges ne devraient plus être un facteur de considération de la chance et du succès au sein de la sphère professionnelle.


(eh/jy) – Source : Express.be 

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.