La valorisation des acquis de l’expérience : un raccourci vers un autre métier ?

Désormais, vous pouvez valoriser votre expérience et réorienter votre carrière plus vite et plus facilement. Même sans diplôme.

17 avril 2014

Partager

Parfois par la force de choses, il se peut qu’il faille se lancer dans le monde du travail sans avoir entrepris, achevé ou réussi ses études. Nous acquérons alors de l’expérience professionnelle. Malgré celle-ci, s’il est nécessaire par la suite de retrouver un emploi, les chances sont limitées, faute de diplôme.

Reprendre des études

La Valorisation des Acquis de l’Expérience a donc été mise en place en Fédération Wallonie Bruxelles et est cofinancée par le Fonds Social Européen.

Son but ? Rendre le savoir accessible à tous et faciliter l’accès aux études supérieures pour qui veut se reconvertir, faire progresser ou réorienter sa carrière sans avoir forcément les accès requis, faute de diplôme. Comment ? En octroyant selon les acquis de l’expérience du candidat, des dispenses, une réduction des études, via un programme personnalisé.

En 2011, 132 demandes ont été adressées à l’ensemble des Hautes Écoles. En 2013, ce nombre est passé à 384.

« La VAE m’a fait gagner 1 an ! »

Alice a 28 ans, elle poursuit un master en ingénierie et action sociale grâce aux dispenses de la VAE. « A 18 ans, je n’avais pas envie de continuer l’école. J’ai travaillé d’abord 7 ans et puis j’ai dû repostuler. C’est là que je me rends compte de mes limites. Alors, j’ai réuni dans un dossier l’ensemble de mes expériences professionnelles, et le reste aussi, les expériences personnelles, le bénévolat, les formations ponctuelles... Puis, j’ai passé une épreuve d’entrée, d’admission. Et ensuite, j’ai défendu mon travail. »

Renauld, 30 ans, est au chômage. Aujourd’hui il a entamé un Bac Commerce Extérieur car il a pu valoriser ses 6 ans d'expérience. « La VAE m’a fait gagner 1 an ! », s’enthousiasme-t-il : « Les acquis dont j’ai bénéficié, c’est 6 ans dans l’import - export d’une petite PME, avec donc des activités aussi diverses que la représentation, l’administration, les voyages à l’étranger, le développement de produits techniques. Ça m’a permis d’obtenir pas mal de dispenses. J’ai fait deux années en une et j’ai gardé les cours qui m’intéressaient le plus. Un vrai sur mesure. »

Et moi, quels acquis puis-je défendre ?

Vous pouvez avancer des expériences tant dans le domaine personnel (voyages, séjours à l’étranger, formations diverses...) que professionnel, en lien direct avec les études choisies.

Quels types d’étude puis-je suivre et où ?

La VAE existe sous différentes formes en promotion sociale, en Haute École et à l’université.

Un quart des étudiants actuels sont inscrits en master et trois quarts en Bac. Deux tiers ont plus de 5 ans d’expérience. Quelque 70% ont déjà un diplôme de l’enseignement supérieur et sont donc en reconversion.

Voici les domaines accessibles en VAE : 

  • Agronomie
  • Arts Appliqués
  • Economie
  • Paramédical
  • Pédagogique
  • Social
  • Technique
  • Traduction – Interprétariat

Besoin d’inspiration ? Sachez que près de 60% des inscrits ont choisi le paramédical et le pédagogique (métiers en pénurie), 20% le social et 10% le technique.

Un conseiller gratuit pour vous guider

Vous obtiendrez toutes les infos utiles de base auprès du SIEP, du FOREM, d’ACTIRIS, et de BRUXELLES-FORMATION.

La clé du succès est de pouvoir identifier tous les éléments à mettre en valeur dans votre parcours scolaire, extra-scolaire et professionnel. Pour ce faire, demandez l’aide gratuite du conseiller VAE de la Haute École choisie. Il définit avec vous votre projet professionnel, et vous aide à préparer votre dossier, à identifier vos acquis.

Anne Vigneul est conseillère VAE : « En travaillant, en discutant avec le candidat, on arrive à lui faire prendre conscience des compétences qu’il a acquises et qu’à la limite parfois, il ignore », souligne-t-elle.

Un jury est appelé à se prononcer dans un délai assez court, après avoir analysé le savoir et les compétences réunies dans le dossier VAE du candidat. Ensuite, il lui octroie ou non un programme allégé. La reprise d’études se fait avec un minimum de 60 crédits européens, soit l’équivalent d’une année d’étude au moins.

Moi aussi, puis-je en bénéficier ?

Oui, que vous soyez employé, cadre, chercheur d’emploi et si vous avez accumulé une expérience valorisante. Les demandeurs d’emploi peuvent obtenir des dispenses et continuer à percevoir leurs indemnités de chômage. Particulièrement bien sûr s’ils cherchent un job dans des métiers en pénurie.

Mais qu’en pensera mon employeur ?

Il en pensera sans doute beaucoup de bien de votre intention d’ascension professionnelle au sein de l’entreprise. Vous lui expliquez votre intention, vos objectifs. Et cerise sur le gâteau, i pourra sans doute bénéficier d’une aide publique. Un employeur privé qui rétribue un collaborateur pendant ses heures de formation peut parfois en obtenir le remboursement partiel. Les formations sont aussi admises dans le secteur public sous conditions, avec des dispenses de service.

(SC) - Infos supplémentaires, procédure utile et adresses des Hautes Écoles de la FWB sur www.vae-hautesecoles.be ou www.vae-he.be 

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.