Entretien d'embauche Précédent

1 de 197

Suivant

Salon de l’emploi : show ou véritable outil de recrutement ?

Du chauffeur privé à l’entretien dans une grande roue, les entreprises sortent souvent le grand jeu pour attirer de nouveaux talents. "Il doit d'abord y avoir une histoire de fond derrière cette approche", explique Nick Leenaert de l’entreprise UNILIN.

27 mars 2019

Partager

Les employés d’UNILIN ont construit un TIFO géant à l’effigie de Tom Boonen.

Environ 3,5% de tous les emplois en Belgique sont vacants. Il s'agit du pourcentage le plus élevé de postes disponibles au sein de l'UE, à l'exception de la République tchèque. Mais les bons employés sont une denrée rare. L'inadéquation souvent présente entre l'offre et la demande oblige certaines entreprises à se surpasser pour dénicher la perle rare.

Les exemples sont innombrables. La société alimentaire Alpro a par exemple embauché une star de la télévision pour jouer le rôle de recruteur et interagir avec des candidats à la recherche d’un emploi. Le sidérurgiste 'Voestalpine Sadef' a quant à lui organisé une journée de l’emploi au cours de laquelle un chauffeur allait chercher tous les candidats potentiels chez eux et les ramenait à domicile en fin de journée.

Effets spéciaux

Nick Leenaert, directeur des talents chez le producteur de stratifié UNLIN, est conscient de l’importance des grands événements liés à l'emploi. "Cette touche événementielle est nécessaire. Vous voulez vous démarquer et être choisi par les candidats", poursuit-il. Il admet toutefois qu’il y a certaines nuances et lignes directrices à prendre en compte.

"Nous nous assurons toujours que l’offre d’emploi propose du contenu de qualité. Si vous vous éloignez de la réalité avec des effets spéciaux, quel sera votre message et comment les candidats pourront-ils se reconnaître dans votre entreprise ?", Suggère Nick Leenaert.

Selon lui, chaque campagne doit refléter les valeurs et l'identité de l'entreprise. "Il est important pour un employeur de ne pas simplement vouloir revendiquer quelque chose sur le marché mais de proposer une histoire authentique. Toutes nos campagnes portent par exemple le logo 'Happy Workout'. Il s'agit d'un fil conducteur. Cela montre que travailler avec nous est aussi amusant et que le message externe doit correspondre à la réalité interne."

D'abord vos propres employés

Certaines entreprises, dont UNILIN, essaient de lier chaque campagne à des initiatives personnelles. "Une campagne commence d'abord en interne : quel employé, en tant qu'ambassadeur, veut-il contribuer à façonner l'image de la campagne ? Ou avec quels produits pouvons-nous faire quelque chose d'amusant ? C’est ainsi que l’idée de TIFO en guise d’adieu à Tom Boonen lors du Tour des Flandres a fait son apparition", affirme Nick Leenaert. "Ce n’est que lorsque nous avons tous les bons éléments en interne que nous pouvons chercher à maximiser cela en externe."

Selon lui, une personne célèbre ou des effets spéciaux contribuent principalement à donner un coup de pouce à la campagne. "Mais il faut d'abord une histoire de fond que nos employés reconnaissent. Nous avons d'abord lancé notre campagne 'Rejoignez-nous et recevez un vélo', en interne en fournissant un vélo de leasing à nos propres employés, puis en le communiquant à l'extérieur", explique-t-il. "Ou comme je le dis souvent : 'Les gens n'aimeront jamais votre entreprise tant que vos employés ne l'aimeront pas en premier'."

Et c’est parti pour le show : 5 journées de l’emploi qui sortent du lot

1. Le producteur d'acier Voestalpine Sadef a organisé une journée de travail au cours de laquelle un chauffeur privé allait chercher tous les candidats potentiels chez eux et les ramenait à domicile en fin de journée.

2. La société alimentaire Alpro a embauché une star de la télévision pour jouer le rôle de recruteur et interagir avec des candidats.

3. Si vous postulez au sein de l’agence de recrutement Trixxo Jobs, vous pourrez conduire une Porsche ou une Maserati si vous y travaillez pendant 120 jours.

4. Lors d’un salon de l’emploi à proximité du port d’Anvers, il était possible de passer des entretiens d’embauche dans… une grande roue.

5. Le sidérurgiste ArcelorMittal a permis aux nouveaux employés potentiels d’admirer leur futur lieu de travail depuis un hélicoptère.

(eh/ll)

reuzenrad

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?