Pourquoi je ne trouve pas de job ? Précédent

1 de 109

Suivant

Un chauffeur n'est pas l'autre

Le besoin de chauffeurs de camions et d’autobus semble être plus important que jamais. En revanche, alors qu’il y a une véritable guerre de talents pour certains chauffeurs, c'est beaucoup moins le cas pour d’autres. Quelles en sont les raisons ? "Le métier de chauffeur comporte de nombreux aspects."

4 décembre 2019

Partager

Les chauffeurs de bus opérant sur des lignes classiques sont devenus une denrée extrêmement rare. Cette pénurie grandit à vue d’œil.

"Une grande distinction se situe déjà dans le type de permis de conduire dont le conducteur a besoin", explique Laenja Pattyn, Account Manager stratégique en transport et logistique au VDAB, lorsque nous lui posons la question de la pénurie en matière de chauffeurs de bus et de poids lourds. "En réalité, il existe quatre types de permis de conduire : le C pour un camion fixe, le CE pour les camions avec une semi-remorque, le D pour les chauffeurs de bus et enfin le permis de conduire normal (B) pour le transport classique, notamment via des camionnettes de livraison."

Le problème réside principalement au niveau des permis de conduire C, CE et D. "Les obtenir relève parfois du parcours du combattant. L'examen théorique n'est pas facile et vous devez le passer dans l’une des trois langues nationales. Le niveau de néerlandais demandé est également assez élevé, ce qui ne facilite pas la tâche des personnes parlant d'autres langues."

De Lijn

La pénurie de chauffeurs a été révélée au grand public ces derniers mois. Le manque de chauffeurs au sein de la société De Lijn a eu pour conséquence la mise en suspens de certaines lignes de bus. "Imaginez que les entreprises de transport normales ne trouvent plus suffisamment de chauffeurs, leurs livraisons ne pourraient plus être effectuées. Cela impacterait inévitablement le citoyen ou le consommateur", poursuit Laenja Pattyn.

Selon elle, la connotation négative de la profession explique en partie la pénurie de chauffeurs. "Le métier souffre quelque peu d’un problème d’image : les gens pensent qu'il s'agit d'un travail difficile avec de longues journées et une faible rémunération. Et en tant que conducteur de bus, vous risquez aussi de vous faire agresser par des passagers. Tout cela n’est que partiellement vrai, mais il est évident que ces conditions de travail ne plaisent pas à tout le monde."

Le fait est qu'un conducteur à la recherche d'un travail et titulaire d'un des trois permis de conduire 'prisés' a souvent le choix en matière d’emploi. "Il y a certainement une guerre de talents entre chauffeurs. J'entends parfois de personnes qui vont travailler ailleurs pour cent euros de plus par mois ou d’autres qui peuvent entièrement personnaliser leur camion."

Compétences spécifiques

Le métier de chauffeur est avant tout spécifique. "Il existe des exigences dans chaque catégorie. Quelqu'un qui s’occupe de convois exceptionnels doit posséder plus de compétences techniques. Au niveau du transport de passagers, il y a aussi une différence entre quelqu'un qui conduit pour la STIB, De Lijn, ou encore un bus touristique vers un marché de Noël. Un tel chauffeur doit encore plus être orienté vers ses clients", indique Laenja Pattyn.

Chaque profession a ses exigences. "Un chauffeur qui transporte des colis, par exemple pour un site de commerce électronique, doit livrer chaque jour à des dizaines de destinations selon des horaires stricts. Une telle personne doit souvent être extrêmement résistante au stress."

Pénurie

Les professions en pénurie ont trois paramètres principaux au VDAB. "Le nombre de candidatures reçues joue un rôle, le nombre de demandeurs d'emploi qui peuvent ou veulent faire un tel travail est un deuxième paramètre. Enfin, il y a le fameux 'degré d'occupation', à savoir: dans quelle mesure les postes vacants sont-ils pourvus ?"

Selon Laenja Pattyn, si nous prenons en compte la demande du marché, deux types importants de chauffeurs sont généralement sollicités. "Le chauffeur avec le permis de conduire CE capable de piloter un semi-remorque et, d'autre part le chauffeur de bus dans les transports en commun. La pénurie dans ces deux segments est très élevée. De fait, beaucoup de personnes utilisent ces transports, ce qui nécessite un nombre élevé de chauffeurs et de moyens de transport."

(eh/ll/wv)

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?