Equilibre vie privée/professionnelle
Précédent

1 de 588

Suivant

Quand vaut-il mieux abandonner que persévérer ?

Supposons que vous travaillez sur un projet depuis des mois mais ne parvenez pas à progresser. Les chances de réussite semblent quasi inexistantes mais votre employeur y a déjà investi beaucoup de temps, d'argent et d'énergie. Continuer est-il la meilleure option ? La chance que vous envisagiez d’abandonner est très faible. L'abandon est-il encore et toujours considéré comme un échec ?

Nous persévérons dans de nombreux domaines où nous ferions mieux d'abandonner car nous y avons déjà investi beaucoup (trop) de temps, d'énergie et d'argent. Pensez à l'amour, aux études ou à une carrière. En réalité, vouloir maintenir à tout prix un tel « projet » à flot ne peut que conduire à des émotions négatives.

Echec

En 2018, des scientifiques britanniques ont enquêté sur le perfectionnisme des jeunes. Les attentes des parents y jouent un rôle non négligeable. Ceux-ci poussent de plus en plus leurs enfants à obtenir de bons résultats scolaires. De plus, la méritocratie actuelle crée une pression supplémentaire.

À l’ère de la méritocratie, nous sommes personnellement responsables du succès ou de l'échec de notre vie. En d'autres termes, si vous ne réussissez pas, vous êtes associé à l’échec. Un tel schéma de pensée n’est guère optimal. Pourquoi se rendre malheureux si l’on n'atteint pas certains standards ?

Extra: 4 façons dont le perfectionnisme hypothèque votre carrière

Choisissez un objectif réalisable

Le psychologue canadien Carsten Wrosch appelle ce choix le 'désengagement de l'objectif', c'est-à-dire qu’une personne cesse de faire des efforts et de se consacrer à des attentes trop élevées. Il s’agit d'une étape importante dans la poursuite du bien-être spirituel et d'une vie réussie. Il est important d’avoir un nouvel objectif en cas d’abandon d’un objectif inaccessible. De cette façon, vous réduisez les risques de vide, de solitude et de détresse.

Abandonner n’est pas synonyme de paresse ou de manque de persévérance. Au contraire, vous faites le choix d’atteindre un objectif réaliste et très certainement meilleur.

Lisez aussi : Vous avez besoin d'objectifs pour être heureux

Ambitieux au bon moment

Heureusement, de plus en plus d'attention est accordée au bien-être des étudiants et à la santé mentale des jeunes afin qu'ils apprennent consciemment à se défaire de leurs objectifs inaccessibles. Il s'agit sans aucun doute d'une tendance positive.

Alors que persévérer était la norme des générations précédentes, les jeunes savent désormais mieux quand ils doivent faire le choix de renoncer pour devenir ambitieux à un autre niveau. À l’avenir, cela fera économiser beaucoup de coûts de projets inutiles à de nombreuses entreprises…

wem>(gg/em/eh) - Source : Intermediair


11 octobre 2021
Jobs recommandés

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

D'autres ont également regardé