VIDEO : voici comment 4 Chinois traitent 200.000 commandes par jour

Quatre personnes peuvent-elles traiter 200.000 colis par jour ? Apparemment oui, moyennant l’intervention d’une aide 'non humaine'.

5 octobre 2018

Partager

L'e-shop chinois JD.com économise en matière de personnel sans pour autant être moins performant que les autres géants du Web. Un total de quatre personnes travaille dans le nouvel entrepôt de l'entreprise. Celles-ci ont pour mission de gérer les robots qui doivent traiter 200.000 commandes chaque jour.

Investissement

Bien que des concurrents tels Alibaba, Tencent et Baidu soient peut-être plus connus et rentables, JD.com a pu compter sur un financement d'environ 550 millions de dollars de la part de Google. Ceci est principalement dû à l'investissement de la société chinoise dans l'IA, l'intelligence artificielle. Au lieu d’engager des personnes, elle opte pour des robots qui préparent, emballent et expédient toutes les commandes. Ceux-ci prennent en charge l'ensemble du processus logistique.

On a souvent dit à la société qu’elle livrait moins qu’Alibaba mais qu’elle parvenait tout de même à se défendre. L’entreprise investit actuellement beaucoup dans la technologie et la robotique. "Quiconque investit dans la technologie ne pense pas aux coûts mais à l'échelle". Si l'échelle augmente, les profits feront de même et les investissements seront rentables.

Avenir

JD.com a déjà bien avancé dans l'automatisation de ses opérations logistiques mais elle veut pousser l'expérience encore plus loin. Son but est de livrer des colis le jour même de leur commande à l'aide de drones dans toute la Chine. La seule condition est que la commande doit être passée avant 11 heures du matin. Même dans ce cas, il s’agit d’un challenge de taille.

Grâce à l'intelligence artificielle et aux nouvelles technologies, beaucoup de choses sont possibles et cela s’aligne avec le slogan de l'entreprise "Retail as a service". De fait, JD.com veut développer un service rapide et fiable.

 

 

 

L’humain bientôt inutile ?

Bien que les dirigeants de JD.com prétendent que le licenciement de travailleurs et la suppression de tâches manuelles ne soient pas leurs objectifs, c’est pourtant bien le cas. Ils essaient toutefois d’engager des magasiniers ou des travailleurs actifs dans les entrepôts. Tye Brady, technologue en chef chez Amazon Robotics, adopte cette approche et dit que le but du robot est de simplifier la vie des employés et non de les remplacer totalement. Il fait remarquer que les êtres humains sont confrontés à leurs propres limites lorsqu'ils doivent soudainement préparer 10.000 commandes (ou plus) en même temps.

JD.com n'est pas la seule entreprise à utiliser des robots pour traiter des colis. D’autres employeurs recourent également à l'ingéniosité des informaticiens et à leurs réseaux de robots.

 

 

 

Les magasins Ahold-Delhaize expérimenteraient également l’utilisation de robots afin de remplacer leur personnel de maintenance. Cela n'impliquerait pas nécessairement des licenciements mais garantirait plutôt que les employés puissent gérer leur temps différemment. Une preuve supplémentaire que l'intelligence artificielle gagne de l'intérêt dans nos régions.

(eh/ll) – Source : Express Business

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.