Un étudiant gagne en moyenne 1,762 euros par an

Grâce aux nouvelles réglementations, les étudiants peuvent travailler plus facilement à des moments qui leur conviennent parfaitement.

Cet été, un nombre record d'étudiants travaillent comme jobistes. Sur l’ensemble de l’année, plus d’un demi-million de jeunes ont signé un contrat de travail étudiant. Ils ont la chance de pouvoir bénéficier d’un nouveau régime juridique leur permettant de travailler plus.

L'année dernière, ce fut la première fois que plus d'un demi-million de jeunes travaillèrent en tant qu'étudiants. Telles sont les observations de Jobat.be après avoir consulté les chiffres de l'Office national de sécurité sociale (ONSS). Pour être plus précis, 502.297 étudiants ont déjà travaillé comme jobistes pendant au moins un jour cette année, soit 5% de plus que l’année précédente. Au niveau des employeurs, 56.607 entreprises ont fait appel à des étudiants cette année soit une augmentation de 4,9%.

Et cet été ?

L’augmentation suit son cours. Selon l'agence de l'emploi Deltaworx, spécialisé dans les profils étudiants, un nombre record de jeunes effectuent un job de vacances cette année. Federgon, la fédération des services de ressources humaines, confirme cette hausse. Plus de 446.000 travailleurs étudiants gagneront un peu d'argent cet été, soit une augmentation de 5%.

Celle-ci est en partie due à la nouvelle disposition autour du travail des étudiants où ces derniers sont facturés par heure prestée. "Ce régime encourage un autre type d'étudiants à travailler", explique Jeroen Poels, CEO de Deltaworx. "Les étudiants qui ne veulent pas travailler un mois complet pourront choisir d’être actifs pendant une période spécifique, ce qui ne fonctionnait pas auparavant. Maintenant, ils peuvent travailler plus facilement à des moments qui leur conviennent parfaitement."

Quel type de travail ?

Selon une étude effectuée par Seal Jobs (une application pour les jobs étudiants et intérimaires), les emplois dans l'horeca restent les plus populaires et sont suivis pars la vente et le marketing, le retail et l'administration. Lorsqu’ils effectuent leurs recherches, les jeunes se tournent d’abord vers leur famille et leurs connaissances. Les sites d’emplois sont presque aussi populaires et les bureaux d’intérim complètent le top 3 de canaux utilisés pour trouver du travail.

Selon Yannick Van der Gucht (Seal Jobs), il existe deux types de travailleurs étudiants. "Tout d'abord, le groupe d'étudiants qui travaille au noir pour se faire le plus d'argent possible dans un court laps de temps. D'autre part, il y a des jeunes qui sont à la recherche d’une expérience professionnelle pertinente pour leur avenir professionnel."

Quels changements sont-ils observés ?

L’année passée, un étudiant moyen travaillait 23,4 jours et gagnait 1.762 euros. Il s’agit d’un montant brut auquel il faut soustraire 2,71% de cotisations sociales mais il n’y a aucun impôt à payer pour autant qu'il s’agisse du seul revenu de l'étudiant.

Cet été est celui de tous les records. Les étudiants travaillent de plus en plus et ce tout au long de l'année. Le pourcentage des jeunes qui étaient uniquement actifs pendant les mois d'été (juillet, août et septembre) est passé de 37% en 2012 à 27% l'année passée. En revanche, la proportion d'étudiants travaillant pendant les quatre trimestres de l'année est passée de 12 à 18%.

(eh/jy) 

Plus d'info Etudiant jobiste

07/08/2017