Plus de travail que d'employés aux Etats-Unis

Aux Etats-Unis, si tous les postes vacants avaient trouvé preneur, le taux de chômage aurait été de 0%.

19 octobre 2018

Partager

Pendant trois mois, il y a eu plus de postes à pourvoir que de candidats disponibles sur le sol américain. Cela signifie que la croissance économique était telle que l’offre dépassait la demande d’emplois.

En chiffres

Au mois de mars, on recensait 48.000 offres de plus que de demandeurs d'emploi tandis que, en avril, le marché comptait 352.000 annonces de plus que le nombre de candidats. Enfin, au mois de mai, le taux de chômage aux États-Unis n'était que de 3,8%. Un record depuis l’an 2000.

L’année dernière, l’économie américaine a créé quelque 2,4 millions de nouveaux postes. Le nombre d'emplois a augmenté dans divers secteurs économiques, mais surtout dans le secteur des services, de la production, du commerce et du transport. Au cours de cette période, quelque 66,1 millions de personnes ont été recrutées.

Le pourcentage de personnes qui démissionnent pour travailler ailleurs reste remarquablement bas comparé à d'autres périodes de boom économique. Le fameux 'job hopping' n’est pas très populaire chez les générations plus âgées et, depuis la crise, de nombreuses personnes optent naturellement pour la sécurité d’emploi.

Pincettes

Bien que l’économie soit clairement en croissance, bon nombre de personnes prennent ces chiffres avec des pincettes.

La manière dont les chiffres relatifs au chômage sont calculés n'est pas très claire. L'économiste Nicholas Eberhardt a sa propre vision de la situation. Il déclare que, pour chaque Américain au chômage âgé entre 15 et 55 ans, il y a trois autres personnes qui ne travaillent pas et ne recherchent pas non plus activement du travail.

Les chiffres sont déformés, surtout si on sait que 57% des hommes blancs qui ont quitté le marché du travail ont reçu une allocation d'invalidité. Les personnes qui travaillent moins d'heures qu'elles ne le voudraient sont perçues comme 'actives' alors qu’elles parviennent difficilement à joindre les deux bouts et se considèrent plutôt comme demandeuses d’emploi. Même les candidats qui ont cherché un emploi pendant des années sans parvenir à un résultat concluant ne sont plus considérés comme des demandeurs d'emploi. Ces personnes ne sont donc plus incluses dans le calcul du taux de chômage. Vous ne cherchez plus activement du travail ? Le bureau des statistiques du travail américain considérera que vous n’existez-plus.

Enfin, l’économie du partage gagne en popularité. Celle-ci est en plein essor et représenterait pas moins de 31% de tous les emplois. Cette nouvelle façon de travailler est principalement utilisée par des sociétés telles que Uber, AirBnb, Deliveroo,... Un total de 78 millions de personnes y sont employées. Le gros inconvénient d’un tel système ? Les travailleurs n'ont pas ou peu de protection sociale et travaillent en dessous du salaire minimum. Il s’agit souvent d'activités complémentaires mais beaucoup de personnes doivent également entretenir leur famille et optent pour de tels emplois en dernier recours. Celles-ci sont dès lors considérés comme ne recherchant pas d'emploi.

(eh/ll) – Source : Express Business

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.