Une période d'essai de trois jours pour les étudiants jobistes

La période d'essai n'existe plus pour les travailleurs 'ordinaires' mais bien pour les étudiants.

Utile à savoir en cette période de grandes vacances, la période d'essai pour les étudiants n'est pas abolie par la loi du Statut Unique. Cette dernière supprime uniquement les différences entre les statuts des employés et des ouvriers, et ce notamment au niveau des délais de préavis qui sont harmonisés.


Vu que les nouveaux délais de préavis sont raccourcis au début de toute nouvelle collaboration, la période d'essai n'avait plus beaucoup d'utilité. "Elle reste toutefois d'application pour les étudiants : ils doivent toujours travailler trois jours à l'essai", explique Iris Tolpe, directeur juridique chez Securex.

Les étudiants travaillent toujours trois jours à l'essai

Une période d'essai permet à l'employeur et au travailleur d'évaluer les risques d'une éventuelle rupture de contrat sans préavis si la collaboration se révèle infructueuse.


Les trois premiers jours de travail d'un étudiant au sein d'une entreprise sont automatiquement considérés comme une période d'essai par la loi. Jusqu'à la fin de la troisième journée de travail prestée, l'entreprise peut mettre un terme au contrat sans préavis ni indemnité. Il en est de même pour l'étudiant qui peut également cesser de travailler pour son employeur.


"Pour les contrats d'étudiants et intérimaires, les trois premiers jours sont considérés comme une période d'essai sans que cela ne doive être spécifiquement stipulé", précise Iris Tolpe, directeur juridique chez Securex.

Trois premiers jours effectivement prestés

Il n'y a que les trois premiers jours de travail effectifs qui doivent être pris en compte. "Si un étudiant ne travaille que le samedi, les trois premiers samedis seront considérés comme une période d'essai."


Une période d'essai n'est autorisée qu'en cas d'une première collaboration. "Les essais ultérieurs sont interdits si un intérimaire est embauché au travers de contrats temporaires successifs pour une même fonction auprès d'un même employeur."


Le Service public fédéral du travail confirme que cette période d'essai n'est pas suspendue pour cause de maladie ou d'autres circonstances venant interrompre la collaboration."


(eh/jy) 

Plus d'info Etudiant jobiste , Jeune diplômé , Premier emploi

07/06/2017