La situation de l'imprimante et de la machine à café est cruciale

Le bureau de demain évolue autour de deux verbes : se déplacer et se rencontrer. Cela permet aux employés de rester en bonne santé et de développer des nouvelles idées. L'architecture est bien évidement cruciale.

"Il n'y a pas de matériel proprement dit pour le prouver, mais il y a une tendance vers les paysagers plus petits. D'autre part, plus d'espaces de concentration ou de salles de réunion sont disponibles", raconte Veerle Hermans, responsable de l'ergonomie pour la société Idewe. Ces endroits de rencontre ou lieux pour boire un café doivent, selon elle, se trouver à une certaine distance de marche des bureaux des employés. Ceux-ci sont également de plus en plus conçus pour que la position verticale soit privilégiée. En effet, des études scientifiques prouvent que le position assise prolongée entraîne de nombreux problèmes de santé tels l'obésité, les maladies cardiovasculaires, certains cancers voire même une mort prématurée. "Un bon environnement de travail stimulant les employés à bouger d'un endroit à l'autre jouera sans aucun doute un rôle de prévention au niveau de la santé."

Les individus doivent se croiser

En plus d'être en mouvement, les individus doivent se rencontrer. Des architectes du bureau international NBBJ ont par exemple subdivisé leur lieu de travail de manière à favoriser les interactions. Ils ont utilisé un logiciel spécifique capable de prédire la fréquence à laquelle les personnes allaient se croiser. Les endroits fréquentés par la majorité des employés (toilettes, imprimante, machine à café, photocopieuse,…) doivent êtres positionnés de manière très réfléchie.

De plus en plus d'organisations veulent se débarrasser de leur structure "cloisonnée" où les travailleurs sont susceptibles d'être complètement isolés. "Elles optent donc pour une politique poussant les employés à se croiser les uns les autres et à interagir au sujet de nouvelles idées, produits ou méthodes", explique Peter De Graef, professeur à la Haute Ecole Thomas More. "Les concepteurs de bureaux tiennent désormais compte du nombre d'heures d'interaction entre collègues. Ils calculent le nombre d'interactions possibles et cherchent à maximiser le plus possible ce paramètre."

(eh/jy) 

Plus d'info Lieu de travail , Réunions , Collègues , Travail d'équipe

09/11/2016