Et vous, vous pro- ou précrastinez ?

Remettre au lendemain ce qui peut être fait aujourd'hui, cela vous parle ? Sachez que maintenant, en plus de la procrastination, la précrastination sévit également. De quoi s’agit-il ? Que cache ce terme ? Découvrons le point de vue de chercheurs en psychologie.

Il existait jusqu’à présent les spécialistes de la procrastination remettant toujours au lendemain ce qu’ils pouvaient faire tout de suite. Des chercheurs américains du département Psychologie de l’Université de Pennsylvanie ont inventé le concept inverse. Pourquoi en effet reporter une tâche alors que celle-ci peut être effectuée tout de suite, sans plus attendre ? Voici les précrastinateurs.

Rien d’étonnant…

Nous nous situons dans une ère où la surabondance d’information et la disponibilité des données et des hommes à tout moment et en tout lieu sont de rigueur. Nous en devenons hyper(ré)actifs et hyper connectés. "Etre plus rapide que son ombre", voilà la manière dont bon nombre d’entre nous aiment être considérés.

L’expérience

Les chercheurs de l’Université de Pennsylvanie soumettent aux participants de l’étude le test suivant : il leur est proposé soit de transporter un seau disposé tout près d’eux et loin de la destination voulue, soit d'en porter un situé au fond du couloir, plus proche du but qu’ils peuvent atteindre en démarrant plus tard, pour autant qu’ils ne l’oublient pas en chemin…

Qu’observent-ils ? Contre toute attente, les individus choisissent le seau le plus près d’eux, et effectuent donc un plus long trajet avec leur chargement. Quelle est l’explication des scientifiques ?

Le mécanisme

Surchargés de travail et sous tension en permanence, nous nous encombrons l’esprit de tas de choses à faire. Il nous arrive parfois de les lister afin de les avoir toujours en tête. Mais souvent, le fait de devoir s’en rappeler occupe notre attention et accroît notre stress. Pour soulager celui-ci, nous ne trouvons rien de mieux que de nous surmener. Passer à l’action semble l’échappatoire la plus apaisante et le remède permettant de contrer notre angoisse. Est-ce pertinent ? C’est pour le moins favorable à l'estime de soi.


Ce réflexe sera en effet surtout actionné pour garder une bonne image, celle d’un hyperactif investi dans son travail, capable de tout contrôler et ne se permettant pas le moindre retard. Qui n’a jamais vu un collègue venant de recevoir un dossier s’y mettre sur le champ, comme s’il n’attendait que cela et n’avait rien d’autre à faire ?

Important ou urgent ?

Quand nous nous mettons immédiatement en action, il est difficile de pouvoir faire la différence entre ce qui est urgent et ce qui l'est moins, entre l’important et l’accessoire,… Il s'agit pourtant de la règle de base à une gestion du temps raisonnable. Comment imaginer encore être capable d'anticiper dans ce cas ? Mettre des priorités et planifier sont pourtant des conseils bien connus pour aider à garder le contrôle sur sa charge de travail.

Un peu de discipline s’il vous plaît !

C’est très paradoxal. D'un côté, nous aimerions voir notre charge de travail s'achever. De l'autre, en agissant de la sorte, notre To Do List ne fera que s’accroître, et nous n'aurons aucun espoir d’apercevoir le bout du tunnel.

Que reste-t-il dès lors au précrastinateur ? Tout simplement la même issue de secours que celle s’offrant au procrastinateur. En effet, ils ont tous les deux un rapport difficile avec le temps.

Si l'idée de laisser un dossier en suspens vous rend malade, passez à l'action et apprenez à dire non de temps en temps. Cela s’apprend.


Encore un petit conseil ? Déterminez trois choses immanquables à effectuer le lendemain et promettez-vous de les réaliser coûte que coûte. Les autres dossiers attendront, car ils seront considérés comme moins urgents. Tenez-vous à ce rituel et n’acceptez surtout pas de tâches arrivant à l’improviste. Ou du moins pas tout de suite…

(EH) (SC) Source : lentreprisss.l’expssss.fr 

Plus d'info Stress , Détente , Heureux au travail , Equilibre vie privée/professionnelle

18/09/2014