Développement personnel
Précédent

1 de 716

Suivant

Dans quels secteurs les flexi-travailleurs sont-ils acceptés ?

flexi-travailleur
Le temps où seules les entreprises de l'Horeca pouvaient faire appel aux flexi-travailleurs est révolu. De nos jours, d'autres secteurs peuvent également profiter des services de ces travailleurs au statut avantageux.

Pourquoi un flexi-travail ?

Les employés exerçant déjà une profession principale peuvent désormais continuer à le faire tout en recevant un flexi-salaire supplémentaire, et ce sans devoir exercer une activité à titre indépendant.

Ce système est avantageux car il garantit des coûts totaux inférieurs pour l’employeur. Les employés augmentent quant à eux leurs revenus et tirent un bénéfice net plus élevé.

Le 'flexi-travail' : qu'est-ce que c'est ?

Où ?

En tant que flexi-travailleur, vous ne pouvez pas encore travailler partout mais les possibilités sont de plus en plus nombreuses et ne se limitent plus à l'industrie hôtelière.

Depuis le 1er janvier 2018, vous pouvez également être actif dans le commerce de détail, la coiffure, mais aussi :

  • la boulangeries et la pâtisserie
  • le commerce alimentaire
  • le commerce de détail indépendant
  • les entreprises alimentaires de taille moyenne
  • le commerce de détail alimentaire
  • le grand commerce de détail
  • les grands magasins
  • les soins de beauté

Qui ?

Auparavant, toutes les personnes exerçant une activité principale et donc au moins en 4/5ème pouvaient devenir flexi-travailleurs. Les retraités sont désormais aussi concernés et peuvent augmenter leurs sources de revenus. Il est dès lors question de revenu professionnel, ce qui signifie que les limites du cumul autorisé doivent être prises en compte (ou le montant pouvant être gagné en plus de la pension, sans déduction des impôts).

Cette extension ne s'applique pas aux personnes relevant de l'ancien système de préretraite (système de paiement légal de l'entreprise).

La règle de base reste la même. Toute personne employée au moins en 4/5ème par un autre employeur est éligible. Pour voir si cette condition s'applique, il faut regarder 3 trimestres en arrière. Cela se fait automatiquement lors de la soumission de la déclaration dans Dimona.

Contrat de travail

Comme pour les autres employeurs, un contrat de travail doit être rédigé (en principe, celui-ci peut être écrit ou oral) et un accord-cadre établi. Les horaires de travail du flexi-travailleur doivent être enregistrés via une caisse enregistreuse ou l'outil proposé par l'Office national de la sécurité sociale.

Tout comme un employé à temps partiel normal, le flexi-travailleur doit travailler minimum 3 heures par jour. Un employeur ne pourra dès lors pas vous autoriser à travailler moins, sauf dans l’Horeca où la limite est fixée à 2 heures par jour, pour autant que cela soit explicitement motivé par l'employeur auprès de sa commission paritaire.

Les travailleurs à temps plein peuvent prester un maximum de 9 heures par jour dans le cadre de leur flexi-job. Si vous travaillez plus longtemps, il s'agit alors d'heures supplémentaires, qui ne sont autorisées que dans des circonstances particulières, avec certaines procédures et sous réserve du paiement de ces heures supplémentaires. En revanche, ces limitations sont plus larges dans certaines commissions paritaires. Dans l’Horeca, les travailleurs sont en principe autorisés à travailler jusqu'à 11heures par jour.

Les horaires de travail du flexi-travailleur flexible doivent être enregistrés via la caisse enregistreuse ou via l'outil que propose l’ONSS. Ce dernier ne remplace pas la Dimona mais y est complémentaire.

FAQ : réponses à toutes vos questions sur les flexi-jobs

(eh/ll) – Source : Unizo


29 août 2022
Jobs recommandés

Dans quels secteurs les flexi-travailleurs sont-ils acceptés ?

flexi-travailleur
Le temps où seules les entreprises de l'Horeca pouvaient faire appel aux flexi-travailleurs est révolu. De nos jours, d'autres secteurs peuvent également profiter des services de ces travailleurs au statut avantageux.

Pourquoi un flexi-travail ?

Les employés exerçant déjà une profession principale peuvent désormais continuer à le faire tout en recevant un flexi-salaire supplémentaire, et ce sans devoir exercer une activité à titre indépendant.

Ce système est avantageux car il garantit des coûts totaux inférieurs pour l’employeur. Les employés augmentent quant à eux leurs revenus et tirent un bénéfice net plus élevé.

Le 'flexi-travail' : qu'est-ce que c'est ?

Où ?

En tant que flexi-travailleur, vous ne pouvez pas encore travailler partout mais les possibilités sont de plus en plus nombreuses et ne se limitent plus à l'industrie hôtelière.

Depuis le 1er janvier 2018, vous pouvez également être actif dans le commerce de détail, la coiffure, mais aussi :

  • la boulangeries et la pâtisserie
  • le commerce alimentaire
  • le commerce de détail indépendant
  • les entreprises alimentaires de taille moyenne
  • le commerce de détail alimentaire
  • le grand commerce de détail
  • les grands magasins
  • les soins de beauté

Qui ?

Auparavant, toutes les personnes exerçant une activité principale et donc au moins en 4/5ème pouvaient devenir flexi-travailleurs. Les retraités sont désormais aussi concernés et peuvent augmenter leurs sources de revenus. Il est dès lors question de revenu professionnel, ce qui signifie que les limites du cumul autorisé doivent être prises en compte (ou le montant pouvant être gagné en plus de la pension, sans déduction des impôts).

Cette extension ne s'applique pas aux personnes relevant de l'ancien système de préretraite (système de paiement légal de l'entreprise).

La règle de base reste la même. Toute personne employée au moins en 4/5ème par un autre employeur est éligible. Pour voir si cette condition s'applique, il faut regarder 3 trimestres en arrière. Cela se fait automatiquement lors de la soumission de la déclaration dans Dimona.

Contrat de travail

Comme pour les autres employeurs, un contrat de travail doit être rédigé (en principe, celui-ci peut être écrit ou oral) et un accord-cadre établi. Les horaires de travail du flexi-travailleur doivent être enregistrés via une caisse enregistreuse ou l'outil proposé par l'Office national de la sécurité sociale.

Tout comme un employé à temps partiel normal, le flexi-travailleur doit travailler minimum 3 heures par jour. Un employeur ne pourra dès lors pas vous autoriser à travailler moins, sauf dans l’Horeca où la limite est fixée à 2 heures par jour, pour autant que cela soit explicitement motivé par l'employeur auprès de sa commission paritaire.

Les travailleurs à temps plein peuvent prester un maximum de 9 heures par jour dans le cadre de leur flexi-job. Si vous travaillez plus longtemps, il s'agit alors d'heures supplémentaires, qui ne sont autorisées que dans des circonstances particulières, avec certaines procédures et sous réserve du paiement de ces heures supplémentaires. En revanche, ces limitations sont plus larges dans certaines commissions paritaires. Dans l’Horeca, les travailleurs sont en principe autorisés à travailler jusqu'à 11heures par jour.

Les horaires de travail du flexi-travailleur flexible doivent être enregistrés via la caisse enregistreuse ou via l'outil que propose l’ONSS. Ce dernier ne remplace pas la Dimona mais y est complémentaire.

FAQ : réponses à toutes vos questions sur les flexi-jobs

(eh/ll) – Source : Unizo


29 août 2022
Jobs recommandés
D'autres ont également regardé
D'autres ont également regardé