Vous êtes créatif, donc malhonnête ?

devil girl

Qui ignore encore l’ampleur du génie de l’escroc de la finance nommé Madoff ? La créativité pousserait à la tricherie et cette malhonnêteté soutiendrait à son tour l’imagination. Cercle vicieux, direz-vous … Les conclusions surprenantes d’une étude réalisée aux Etats-Unis.

Francesca Gino de la Harvard Business School : « Vous êtes parfois confronté à une situation dans laquelle votre imagination vous pousse à franchir les limites de l’honnêteté. Cette tricherie booste à son tour votre créativité, vous prêtant à de nouveaux mensonges. C’est une spirale qui nous tire vers le bas. »

Selon les conclusions d’une étude menée par la Harvard Business University et la Duke University, les personnalités créatives auraient plus tendance à tricher que les autres. L’étude qui se penche sur la 1ère partie de l’équation (la créativité mène-t-elle à la triche ?) a évalué, à l’aide de tests psychologiques bien validés, le degré de créativité de chaque participant, puis les QI. Une petite somme d’argent était en jeu, liée à la réussite des tests. Dans certaines situations, les chercheurs ont permis la tricherie.

Résultat : les individus classés parmi les « créatifs » avaient effectivement plus tendance à tricher que les autres. Le paramètre « intelligence », par contre, n’intervenait pas.

Explications

Les auteurs de l’étude commentent le phénomène dans le « Journal of Personality and Social Psychology » : « Un esprit créatif arrive mieux à résoudre des tâches difficiles dans bien des domaines, mais ces coups de génie peuvent aussi le conduire dans sa recherche de solutions à emprunter des voies contraires à l’éthique. »

Ce qui ne veut pas dire que les designers par exemple sont plus malhonnêtes que disons des comptables. Mais qu’un individu plus créatif a plus de chance de ne pas être éthique parce qu’il peut plus facilement trouver une raison à considérer son comportement comme non problématique », soutient Gino. Les créatifs ne seraient pas plus pervertis que le reste d’entre nous, ils sont juste plus équipés pour être malhonnêtes sans compromettre leur propre image. Bonne nouvelle …

L’inverse est-il vrai ? Devient-on plus créatif lorsqu’on a pratiqué la triche ?

Francesca Gino s’intéresse aussi depuis peu à l’autre côté de l’équation : comment un comportement malhonnête conduit-il à la créativité ? D’après ce que la chercheuse a déjà découvert, oui, la triche insufflerait aussi de nouvelles idées, ne serait-ce peut-être que pour trouver comment justifier ses mensonges. Déjà pour soi-même ... ?

Conformisme bien placé ?

Et puis, après tout, être honnête ne force-t-il pas à respecter les règles ? Alors que, ne le dit-on pas, la créativité pousse à lâcher toutes nos contraintes ? A tout remettre en question, donc notre conformisme aussi… Alors le défi est-il de faire cohabiter en nous un conformisme aux règles et un non-conformisme à la réflexion ? Dur dur à compartimenter, non ?

(sc) - Source : Businessweek.com 

21/03/2012

  • 21 mars 2012