Que gagne Olivier Rochus ?

Un top niveau comme Roger Federer ou Kim Clijsters gagne des millions d’euros grâce au tennis. Mais ce n’est pas donné à tout le monde. Les sportifs de niveau inférieur doivent se contenter de moins, selon leurs propres dires. Notre belge Olivier Rochus – bon pour la 54ème place mondiale – fait ses comptes …

24 janvier 2012

Partager

Olivier Rochus
Olivier Rochus (31), Dion-Valmont
  • Frère de Christophe Rochus
  • Professionnel depuis 1999
  • Classement ATP le plus haut en simple : 24 (in 2005)
  • Classement ATP le plus haut en double : 29 (in 2004)
  • Victoire en simple : Palermo (2000) et Munich (2006)
  • Victoire en double : Roland Garros (2004) et Adelaide (2005)
  • Gains : 3,2 millions d’euros (2011)

« Après ma blessure, j’ai dû jouer une année des tournois de challenger pour revenir dans le ranking », raconte Rochus. ‘Je gagnais alors peut-être 60.000 dollars bruts par an (converti, cela fait 46.500 euros). En fait, on tourne en perte. Je suis le 54ème mondial et je gagne à peine 2000 euros par mois. Je ne trouve pas cela normal. »

Mais où va tout cet argent gagné lors des prix ?

« Pour commencer, il y a les impôts. Ils varient de pays à pays mais on peut certainement tabler sur 30%. Et puis dans la conversion en euro, on perd encore un paquet », clarifie Olivier Rochus. Et tout l’argent gagné dans l’ATP (ou la WTA, d’ailleurs) est versé en dollars américains. »

« Et puis, il y a les vrais frais », poursuit Rochus. « Oui, vous avez bien une chambre d’hôtel à votre disposition. Mais vous n’êtes pas seul sur le tournoi. Alors, ou vous partagez la vôtre avec votre coach, ou vous lui en payez une. Et cela vaut aussi pour le billet d’avion. Pour un ticket en business class vers l’Australie, vous pouvez compter sur 3 à 4 000 euros. A multiplier par deux donc. Et après, il faut encore manger. Vous disposez d’un indemnité par jour mais c’est tout à fait insuffisant pour payer le dîner du soir. Et le coach n’a pas encore mangé, avec tout cela. »

Qui paie les coachs des joueurs de tennis ?

Rochus a de la chance que le salaire de son coach soit payé par l’AFT, l’association de tennis française. Mais c’est clair que ce n’est pas toujours le cas. « Lorsque j’étais au BATD, un club de Bruxelles, je devais tout payer pour mon coach », explique Rochus. « Et vous n’êtes pas quitte pour moins de 50 000, voire 70 000 euros »

Pourquoi les prix doivent-ils être si hauts ?

D’après ce que l’on dit, les joueurs s’arrangent aussi souvent entre eux. On peut gagner un petit extra en se forçant à perdre un match. Olivier Rochus confirme l’existence du phénomène et le comprend bien. « Si vous êtes dans le rouge et que vous recevez un coup de fil pour arranger le coup contre 5 000 à 10 000 euros, vous n’hésitez pas longtemps. » Lui-même n’a jamais été confronté à une demande de la sorte. « Non, je pense qu’ils savent qui ils doivent appeler » détaille Rochus.

« A la place de lancer toutes ces campagnes contre un fixing du match, l’ATP ferait mieux de augmenter le montant des prix » conclut Rochus. Cela couperait l’herbe sous le pied à toutes les tentations de faux jeu », pense-t-il.

(kv/sc) - Sources : Sportwereld.be

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.