Perdre son emploi à cause de Facebook

En Suisse, une employée a perdu son emploi parce qu’elle surfait sur Facebook alors qu’elle s’était fait porter pâle. C’est son employeur, la compagnie d’assurances Nationale Suisse, qui a décidé de rendre la nouvelle publique.

27 avril 2009

Partager

facebook iPhone mobiel

L’employée avait expliqué à son patron qu’elle ne pouvait pas travailler à l’ordinateur parce qu’elle devait rester allongée dans le noir à cause de sa maladie. Malheureusement pour elle, un collègue a remarqué sa présence sur le célèbre réseau social Facebook. Et l’a signalé à son supérieur.

Abus de confiance

L’employée incriminée, qui n’a pas accepté la décision de son employeur, l’accuse aujourd’hui d’espionnage pour lui avoir envoyé une « mystérieuse demande d’ami », ce qui lui a permis de suivre toutes ses activités. Celle-ci s’est par ailleurs justifiée en disant qu’elle était bel et bien alitée et qu’elle avait surfé sur Facebook via son iPhone.

Et la Nationale Suisse de souligner que ce n’est pas l’activité en tant que telle de son employée sur Facebook qui a motivé son licenciement, mais l’abus de confiance. L’entreprise réfute donc l’accusation d’espionnage.

Autre détail croustillant : depuis cet incident, la Nationale Suisse a totalement bloqué l’utilisation de Facebook au bureau.

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.