Les gens ont-ils envie de travailler dans des équipes autogérées ?

Les équipes 'autogérées' sont le nouveau sujet du moment au sein des départements RH. Est-ce vraiment un moyen de tirer le meilleur parti des travailleurs et les managers sont-ils superflus ? Wout Van Impe, directeur du groupe Mercuri Urval, nous fait part de son avis.

16 avril 2018

Partager

Simple tendance ou véritable découverte ?

Les équipes autogérées, un battage médiatique ou une avancée en matière de culture d’entreprise ? Wout Van Impe pense que cette mentalité souhaitant la disparition des managers est un peu exagérée. Selon lui, il faut remplacer le terme 'autogestion' par 'nous allons désormais tirer le meilleur parti de nos travailleurs en les conseillant, les encadrant et en les coachant comme il se doit'. Il utilise le terme de 'servant leadership'.

Managers de personnes

Wout Van Impe plaide le maintien de managers forts et capables de gérer des personnes. Une équipe semble souvent s'autogérer automatiquement si elle a un bon manager. Donner de la liberté à son équipe et lui faire confiance est le gage d’un bon leadership. Cela ne signifie pas qu'un manager ne suit pas ou ne coache pas. Selon Wout Van Impe, un bon manager facilite le succès et met son équipe au défi de se développer davantage.

Approche différente

Il ajoute que les 'équipes autogérées' ont toujours besoin d'un cadre, d'une direction et d'une structure. Cela n’est pas le cas de nombreuses entreprises qui semblent souvent ne pas comprendre ce qui se cache derrière la gestion de personnes ou dont la hiérarchie est encore trop rigide. Une équipe autogérée a justement besoin de managers plus nombreux et de meilleure qualité. Une structure plus plate est plus flexible et prend clairement le dessus sur une hiérarchie stricte.

Travaillez d'abord sur la hiérarchie qui règne dans votre entreprise. Investissez dans de bons leaders et concentrez-vous sur les bases.

Vous n'êtes pas sûr de savoir quels sont ces éléments de base ? En voici quelques-uns : "Comprendre ce qui anime les employés, leurs ambitions, leurs personnalités, les relations qu’ils ont entre eux et jouer là-dessus afin qu’ils puissent se développer et livrer des résultats (relever la barre). Cela doit bien sûr aller de pair avec la stratégie, la mise en œuvre de cette stratégie et le développement des relations entre collègues". Enfin, Wout Van Impe ajoute également qu'il faut vérifier qu’un manager n'est pas 'chef d'équipe' pour de mauvaises raisons. Débarrassez-vous des égos surdimensionnés et embauchez des managers orientés vers les personnes.

Trois motifs

Selon lui, il y a 3 choses qui poussent les gens à mieux performer et à être heureux au travail : (1) l’autonomie et la liberté, (2) la connectivité et (3) l’utilisation et le développement des talents. En donnant de l'autonomie aux employés, vous obtenez automatiquement une équipe qui s’autogère avec un bon chef d'équipe. Selon Wout Van Impe, un chef d’équipe sans équipe qui s’autogère n'est pas un bon manager.

En conclusion : moins de hiérarchie, plus d'autonomie individuelle, moins d’échelons, plus de managers de qualité dans des structures plus flexibles. De cette façon, vous obtiendrez des équipes autogérées performantes et des résultats de qualité.

(eh/jy) – Source : Linkedin.com

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.