L'écart salarial est-il enfin révolu ?

Aux Pays-Bas, les femmes gagnent actuellement plus que les hommes. Qu'en est-il dans notre pays ?

A travers les frontières

Aux Pays-Bas, les femmes sont mieux rémunérées que les hommes. Voilà ce qui ressort d'une étude réalisée par le bureau central des statistiques (CBS) des Pays-Bas. Selon cet organisme, la raison principale d'une telle tendance est que les femmes sont généralement plus instruites que les hommes et que cela leur donne accès à des fonctions où la rémunération est plus élevée.


Au sein du monde du travail néerlandais, les femmes gagnent en moyenne plus que les hommes jusqu'à l'âge de trente ans. Au niveau des positions gouvernementales, cela atteint même 36 ans. Ensuite, nous constatons une inversion des tendances parce que les femmes deviennent plus susceptibles de travailler à temps partiel, surtout si elles ont des enfants.


En revanche, nous gardons à l'esprit que, en tenant compte des caractéristiques de base telles l'éducation et l'expérience de travail, les femmes néerlandaises gagnent généralement 5% de moins que les hommes dans le secteur public et 7% de moins en entreprise. Ces différences salariales sont de moins en moins visibles, et ce notamment grâce au niveau d'instruction croissant des femmes.

Sur le plan intérieur

En Belgique, les chiffres sont comparables avec ceux des Pays-Bas mais nous accusons toujours un léger retard. Voilà ce qui ressort d'un rapport au sujet de l'écart salarial de 2015 publié par le gouvernement fédéral. Pour les jeunes femmes âgées de 25 à 34 ans, l'écart salarial est le plus faible : elles gagnent 4% de moins que leurs collègues masculins. Dans l'ensemble, au niveau de l'économie belge, une femme gagne en moyenne 8% de moins qu'un homme par heure de travail. En 2010, il était encore question de 10%. L'écart salarial augmente toutefois avec l'âge. Cette tendance s'observe également aux Pays-Bas. Nous sommes sur la bonne voie et les inégalités hommes femmes ont tendance à disparaître.

Améliorer l'équilibre

Une des principales causes de l'écart de rémunération est le travail à temps partiel. Les femmes optent bien plus souvent pour un meilleur équilibre entre leurs vies privées et professionnelles afin de se concentrer sur l'éducation de leurs enfants ou d'aider leur entourage. Sur le marché du travail, il existe également des attentes stéréotypées. L'employeur comprendra plus facilement qu'une femme prenne congé pour s'occuper de son enfant malade qu'un homme. Des services de garde de qualité à un prix intéressant peuvent être une solution de secours soulageante.

Marché du travail accessible

Notre marché du travail est moins accessible et mobile que dans bon nombre d'autres pays de l'Union européenne. Nous ne parvenons pas à placer la bonne personne au bon poste au bon moment. Changer de job, de secteur ou d'entreprise est découragé à bien des égards. Des réformes sont nécessaires afin de rendre le marché du travail plus dynamique.

Représentation des femmes

Le nombre de femmes présentes dans les conseils d'administration du Bel20 a évolué de 11% à 22% de 2011 à 2014. Depuis 2011, une loi est apparue en Belgique et vise assurer une représentation féminine dans les conseils d'administration des institutions publiques et des entreprises cotées en bourse. Par conséquent, les pourcentages ont évolué.

Casser les stéréotypes

Les stéréotypes sexistes naissent souvent à un âge relativement jeune. A long terme, cela a un impact sur les inégalités entre les hommes et les femmes dans différents secteurs. Afin de contrer ces stéréotypes, il est important de briser ce modèle. En effet, les filles peuvent très bien jouer avec des voitures et les garçons avec des poupées.


(eh/jy) - Sources: Bureau central des statistiques (NL), Institut pour l'égalité des sexes, SPF Economie 

Plus d'info Ecart salarial , Gagner plus / moins

01/02/2017