4 conseils pour redécouvrir le génie qui sommeille en vous

98% des enfants sont brillants tandis que seulement 2% des personnes plus âgées le sont. Où est donc passé le génie des adultes ? Voici 4 conseils pour le développer à nouveau.

24 juin 2015

Partager

Savez-vous ce qui ressort d’une étude du scientifique américain George Land ? 98% des enfants de 5 ans reçoivent l’étiquette de génie sur le plan de la créativité et de l’innovation. Chez les adultes, ce chiffre n’est que de 2% !


Comment est-ce possible ? Comment avons-nous bien pu perdre cette créativité innée ? "L'enseignement serait-il responsable ?", s’interroge Inge Ketels. Celle-ci travaille pour le bureau Stroom et donne des formations dont le but est de nous aider à développer un état d’esprit gagnant et d’accéder à notre leadership intérieur.


"A l’école, les élèves reçoivent souvent le message qu’il n’y a qu’une seule bonne réponse et qu'elle se trouve dans la tête du professeur. La créativité serait-elle tout simplement supprimée de nos cerveaux ? Les enfants seraient-ils en quelques sortes contraints de ne plus penser en termes de possibilités ?"

Penser autrement

"Les enfants connaissent l’ouverture, la franchise, la bonne humeur et la joie de vivre. Où tout ceci est-il passé chez les adultes ? A côté de l’enthousiasme au travail que je peux heureusement encore apercevoir chez de nombreuses personnes, j’observe également des modèles de pensée inadéquats : une propension à se faire du souci, à rester sur place, à ne pas oser…"


"Tout cela mène souvent à de l’insatisfaction : nous nous sentons mal dans notre peau, stressés, nous nous dépêchons, sombrons dans l’ennui. Résultat, c’est un sentiment de mal-être général qui sommeille en nous. Pourrions-nous envisager qu’apprendre à penser autrement puisse nous aider à faire renaître notre créativité originelle afin de mieux nourrir notre existence et notre travail ?"


"Beaucoup concluent qu’il leur est impossible de changer. Une enquête récente sur la neuroplasticité démontre qu'il est possible de prendre consciemment d’autres chemins pour nous amener à un autre comportement et à d’autres modes de pensée. Vous pouvez donc réellement changer", explique Inge Ketels.


En développant votre créativité, vous augmentez vos chances d’être heureux. Vous voyez toutes les opportunités qui s’offrent à vous, intégrez l’humour dans votre vie et renouez avec la joie. Un programme alléchant, n’est-ce pas ?

Comment redécouvrir le génie qui sommeille en vous ?

1. Accepter ce qui est

Les choses sont ce qu'elles sont. Accepter vous donne la possibilité de suivre le courant et de vous ouvrir à d’autres possibilités plutôt que d’y résister. Demandez-vous si la situation est vraiment problématique, vous aurez ainsi plus facile à l’accepter. Les enfants sont très doués pour cela, comme le montre un exemple dans le livre 'Les enfants pensent autrement' : une petite fille laisse tomber une boule de Noël et dit : "Regarde, Papa, le crochet est intact !"

2. Rester dans le présent

Accepter ne suffit généralement pas. L’étape suivante est de savoir comment résoudre le problème. Lorsque vous êtes bloqué dans un embouteillage, vous pouvez utiliser ce temps pour téléphoner, écouter de la musique, réfléchir à une solution créative, etc. Quelles sont les 10 autres possibilités que vous pourriez trouver ? Exemple : "Ma machine à laver est cassée, il me faut à présent laver mon linge à la main. Chouette alors !" (extrait du livre 'Les enfants pensent autrement')

3. Changer votre mode de pensée

N’éliminez pas directement le problème, ne l’abandonnez pas non plus. Exploitez-le plutôt pour créer une nouvelle situation en regardant les opportunités qui pourraient en découler.


Une crise ou un licenciement n’ont rien de rassurant. Mais cela peut aussi être une source d’inspiration offrant beaucoup d’autres possibilités ! Souvenez-vous de ce que disait Steve Jobs, l’ancien CEO d’Apple : "Le choc et la déception que j’ai ressenti en me faisant licencier d’Apple m’ont permis de revenir à la vie et d’être à nouveau créatif."

4. Oublier les "j’aurais dû"

Il est très salutaire d’abandonner des pensées réflexes telles que "j’aurai dû". En effet, il s'agit d'un perfectionnisme malsain où vous placez la barre trop haut. Vous vous êtes fixé ces attentes par vous-même et celles-ci sont inatteignables.


Demandez-vous si vous ne pourriez pas vous organiser autrement et en faire de temps en temps un peu moins ? Chaque mercredi soir, Maman est dans la cuisine avec un timing chargé parce qu’elle tient à cuisiner un repas sain pour sa progéniture. Elle finit par se rendre compte qu’elle aurait pu faire autrement en leur servant pour une fois de la soupe et un sandwich. Résultat des courses ? Moins de stress et plus de moments privilégiés avec ses enfants.


En résumé, vous augmentez votre créativité en acceptant les choses telles qu'elles sont et en percevant les possibilités au moment présent.


Ce changement de mentalité vous aidera à penser différemment. Des questions telles "Est-ce un problème ? Quelles sont les possibilités ? L’inverse est-il aussi acceptable ? Peut-il en être autrement ?" vous aideront à lâcher prise sur ce qui "aurait dû" se passer et à ouvrir vos œillères. Vous vous attirerez ainsi plus d’espace de manœuvre et plus de joie de vivre.


Vous n’y arrivez pas directement ? Demandez de l’aide aux enfants qui vous entourent, ils en sont tout à fait capables !


(EH) (SC) Avec nos remerciements à Inge Ketels, coach en estime de soi. 

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.