359.205 euros de compensation pour un job trop ennuyeux

Un parisien de 44 ans a trainé son employeur, la société Inter Parfums, en justice. L'employé s'est plaint de n'avoir reçu aucune tâche intéressante pendant ses quatre dernières années passées au sein de l'entreprise.

Et pourtant, cet homme n'était pas sous-payé. En tant que manager, il gagnait plus de 80 000 euros par an mais, en 2009, sa charge de travail diminua considérablement. Lorsque l'entreprise perdit l'un de ses contrats les plus importants en 2012, la descente aux enfers ne fit que s'empirer.

Coma

Le Français se plaint d'une absence de travail significative, ce qui a affecté son état mental et serait la cause d'une crise d'épilepsie alors qu'il était en train de conduire. Celle-ci le plongea plusieurs jours dans le coma.


En raison des indemnités de départ parfois élevées que les employeurs français doivent débourser, ils se limitent à licencier un minimum de travailleurs. En effet, ils proposent des missions aussi inutiles les unes que les autres aux travailleurs de manière à ce qu'ils quittent l'entreprise de leur plein gré.

Mauvais traitement

Les avocats du plaignant affirment qu'il a été victime d'abus de la part de son entreprise. Par conséquent, ils ont saisi le tribunal du travail à Paris en demandant que leur client bénéficie d'une indemnité de 359 205 euros.


L'avocat de la partie adverse précisa quant à lui que l'employé ne s'était jamais plaint de son travail soi-disant ennuyeux. Affaire à suivre…


(eh/jy) – Source : MARK Magazine 

Plus d'info Lieu de travail , Heureux au travail

01/07/2016