Collègues
Précédent

1 de 530

Suivant

Que faire et ne pas faire lorsque vous recadrez un(e) collègue ?

Qu'il s'agisse d'une attitude non professionnelle ou d'un comportement inapproprié sur le lieu de travail, il est souvent difficile de recadrer un(e) collègue. Comment transmettre un avertissement le plus agréablement possible ?

Perturbateur

Vous pouvez ressortir grandi(e) suite à des critiques positives. En revanche, il se peut que vous vous retrouviez dans des situations désagréables sur votre lieu de travail où vous aurez du mal à signaler gentiment à vos collègues que leur attitude vous dérange. En voici quelques exemples : écouter la radio à tue-tête, ne pas respecter ses engagements, arriver sans cesse en retard, partir trop tôt du bureau, déléguer des tâches à d’autres collègues… sans oublier l'odeur corporelle douteuse ou l’apparence négligée de vos collaborateurs.

Lisez aussi : Comment apprendre à donner et recevoir du feedback de manière constructive ?

Seuil mental

Cependant, il n'est pas toujours facile d’oser critiquer son collègue avec qui on travaille au quotidien. Malgré le seuil mental que vous devez souvent surmonter (après tout, vous ne voulez pas gâcher l'ambiance de travail), il vaut mieux ne pas trop attendre pour exprimer votre ressenti à ce sujet.

Si vous patientez trop longtemps, la marmite peut déborder à la longue et la petite contrariété risque de se transformer en conflit insoluble... D'ailleurs, peut-être y a-t-il d'autres personnes qui sont également agacées par le collègue en question ?

5 types de collègues agaçants : Voici comment les dompter

Apprendre à communiquer ce que vous avez sur le cœur

Voici une liste de choses à faire et à ne pas faire pour exprimer vos sentiments avec clarté et diplomatie.

À FAIRE

1. Assurez-vous que vos remarques soient structurées.

Essayez de décrire votre critique positive du mieux que vous le pouvez. Vous pouvez utiliser les 4 mots clés suivants pour y parvenir : comportement, ressenti, conséquences et souhaits.

Décrivez d'abord le comportement proprement dit pour que l'autre personne le reconnaisse. Faites ensuite part de votre ressenti à ce sujet (agaçant, perturbateur, non professionnel...). Expliquez quelle en est la conséquence (moins de concentration, moins bonne ambiance, travail supplémentaire...) et quel est l’attitude souhaitée à l’avenir (être à l'heure, moins bruyant...). En agissant de la sorte, vous expliquerez de manière correcte, brièvement mais fermement, ce qui vous agace ou vous irrite.

Découvrez : 6 moyens d'entretenir de bons rapports entre collègues

2. Attendez la fin du comportement irritant

Dans certains cas, il est préférable d'attendre la fin du comportement irritant. Dans le feu de l'action, vos émotions peuvent prendre le dessus et vous pouvez dire vous-même des choses inappropriées. En regardant l'incident avec une certaine distance, vous parviendrez à être critique et à trouver les mots justes.

3. Commencez par une approche compréhensive

Utilisez une approche compréhensive comme introduction. Faites savoir que vous comprenez pourquoi votre collègue réagit de cette façon ou fait quelque chose d'une certaine manière, mais dites-lui ensuite comment les choses peuvent être faites différemment (et améliorées).

À NE PAS FAIRE

Évitez les phrases d’introductions suivantes…

  • « Ne le prends pas personnellement, mais… » Comment ça 'pas personnellement' ? C'est justement personnel étant donné qu'il s'agit d'un collègue spécifique.
  • « J'ai l'impression que tu.../Je pense que tu... » En commençant de la sorte, vous portez un jugement sévère et l'autre doit presque se défendre. Tenez-vous-en à « J'ai vu que tu/J'ai entendu dire que tu… ». De cette façon, vous décrirez les faits et ne porterez pas de jugement immédiat.
  • « Je suis juste honnête, mais... » Cela signifie-t-il que vous n'êtes parfois pas honnête ?
  • « C’est juste une petite remarque, mais... » De cette façon, vous réduisez l'incident à l'avance alors qu'il vous irrite.
  • « Faites ce que vous voulez avec, mais… » Sachez qu’il y a dès lors de fortes chances que votre collègue ne change rien du tout après votre intervention…
  • « Désolé de le dire, mais… » Cela montre que vous ne vous prenez pas au sérieux. Pourquoi devriez-vous vous excuser pour une attitude qui vous dérange ?
  • « Que penses-tu de ton comportement ? » Il ne s’agit pas d’une bonne phrase d’introduction car, si votre collègue répond qu'il est irréprochable, la conversation se terminera immédiatement.
  • Une dispute avec un collègue ? Voici comment la résoudre

    (fd/eh)



    2 décembre 2021
    Jobs recommandés
    D'autres ont également regardé