Un patron grossier influence la productivité de son équipe

Votre patron est arrogant au bureau et manque totalement de respect vis-à-vis de son personnel ? L’esprit d’équipe et la productivité pourraient bien en être gravement affectés.

3 octobre 2014

Partager

Selon une enquête de la Michigan State University, les supérieurs grossiers à l’égard d’un membre de leur personnel en font souffrir toute l’équipe, mais également la productivité générale. Les discussions violentes, voire les insultes, impliquent tous les collaborateurs dans le conflit, ce qui entrave la productivité générale de l'entreprise.

Effets graves

L’enquête porte principalement sur l’agressivité verbale et les mails dénigrants menaçant l’amour-propre de la personne concernée. Avec pour conséquence directe que celle-ci se sente de moins en moins à l’aise pour maintenir sa contribution au bien-être de l’équipe.


Avec cette étude, les enquêteurs veulent aussi prouver qu’un comportement grossier au bureau peut avoir de lourdes conséquences et que l’effet négatif est sans nul doute bien plus étendu qu'on ne l'aurait pensé.


Crystal Farh mène l’enquête et constate que les managers qui dénigrent ou ridiculisent leurs collaborateurs ont une mauvaise influence sur l’attitude et les comportements de leur personnel. En effet, les autres collègues copient presque inconsciemment cette manière d’agir avec leurs homologues. Conséquences : des conflits éclatent et des animosités se font sentir sur le lieu de travail.


Pour Farh, c’est le constat le plus préoccupant : "Il ne s’agit plus uniquement de victimes individuelles. C’est un contexte qui se crée. Chacun en souffre et en est malheureux. Que vous soyez personnellement visé ou non."

Prendre le chef comme modèle

Farh attribue ce phénomène à la théorie du social learning. Les individus en observent d’autres dans la même situation et adaptent leurs comportements et attitude en fonction de leurs réactions. On essaie de prendre le chef comme modèle en agissant comme lui. L’enquête nous montre que les travailleurs réagissent positivement au comportement positif de leur patron et tendent à se comporter de la même manière. En toute logique, il en irait malheureusement de même avec un comportement négatif.


"Dans les équipes frappées de relations négatives, l’animosité règne entre collègues. Ils se traitent mutuellement avec brutalité ou sont impolis et nourrissent des sentiments négatifs les uns envers les autres."

Rétablir l’harmonie et la confiance en soi

Farh plaide en faveur d’actions réparatrices. Il s’agit de restaurer sans tarder les relations interpersonnelles entre les équipes. Une première étape serait de rétablir l’harmonie et la confiance. Ensuite, il importe également d’aider les personnes concernées à regagner un niveau de confiance en soi correct afin de reconstruire leur estime personnelle.


Dans le passé, la plupart des entreprises se concentraient sur ce dernier point mais la dynamique d’équipe était laissée de côté. Or, si le responsable fait preuve de grossièreté, cette dynamique n’est certainement à sous-estimer.

(EH) (SC) Sources : Express.be , Michigan State University Today 

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.