Cancer du sein : les travailleuses de nuit sont plus exposées

Les femmes qui travaillent plus de 2 nuits par semaine pendant 6 ans ont 50 % de risques en plus de déclarer un cancer du sein. Et celles qui se lèvent tôt le matin courent encore 4 fois de plus de risques. En cause, probablement, la dérégulation de l’horloge biologique.

Certaines usines ou entreprises tournent 24 heures sur 24. Pour cela il leur faut des équipes qui travaillent en pause et se relaient par exemple toutes les 8 heures. Pour ce faire, elles ont besoin de travailleurs de nuit. Le travail de nuit qui concerne un employé sur dix en Europe et une personne sur cinq aux Etats-Unis ne serait pas neutre pour la santé.

Différents chercheurs se sont penchés sur l’étude des causes. Le Centre international de recherche sur le cancer, la Société danoise contre le cancer… Les femmes travaillant au delà du coucher du soleil seraient plus susceptibles de souffrir d’un cancer du sein.

Travail de nuit et cancer du sein : jusqu’à 4 fois plus de risques

Sur base des données récoltées auprès des 141 femmes parmi les 210 contactées par l'armée danoise, ayant déclaré un cancer du sein entre 1990 et 2003 et étant toujours vivantes en 2005 ou 2006, il s’avère que les travailleuses de nuit ont 40 % de risques en plus de contracter une tumeur mammaire que les autres, voire 50% en cas de travail nocturne trois fois par semaine pendant six ans. La probabilité de déclarer cette maladie chez les femmes matinales est en outre multipliée par quatre.

Dérégulation de l’horloge biologique ou manque de lumière ?

L’hypothèse avancée par les chercheurs mettant en cause le manque de soleil et de vitamine D est fortement compromise, une autre piste se dégage en faveur de la dérégulation de l’horloge biologique que de tels rythmes de travail provoquent. La race humaine est avant tout une espèce diurne qui synthétise notamment l’hormone du sommeil, la mélatonine, laquelle nous protégerait contre certains cancers en ralentissant le développement de cellules tumorales.

L’étude comporte quelques biais - elle n’analyse les données que des personnes survivantes - et son échantillon n’est pas assez représentatif. Les résultats d’une nouvelle étude menée au Royaume-Uni, nous indiqueront à partir de 2015 en quoi le travail et le mode de vie déterminent le dérèglement de notre horloge biologique.

Sources : Futura-Sciences

Plus d'info Santé , Travail de nuit

25/06/2012