88% des employeurs seraient insatisfaits de leurs employés

Que se passerait-il si la législation relative aux licenciements n'était pas si stricte ? Il se fait que 88% des managers interrogés reverraient la structure de leurs équipes en profondeur.

Selon une enquête menée par la société Yacht, il ressort que 40% des managers remplaceraient leurs collaborateurs beaucoup plus vite s'ils n'étaient pas soumis à des obstacles législatifs ou à des réglementations. 88% le feraient si aucune contrainte ne les en empêchait.

Incompatibilité

Selon Dick Koopman, directeur du bureau Yacht, "les chiffres mettent en évidence un grand décalage susceptible de provoquer d'éventuels dommages économiques".

Yacht attribue principalement ce décalage à un manque de vision au sein même des organisations, mais indique également que les législations actuellement en vigueur ont leur part de responsabilité. En effet, les gestionnaires ne peuvent pas toujours savoir à l'avance quelles sont les connaissances et compétences dont ils auront besoin à l'avenir. Cela les empêche d'anticiper les besoin futurs et, par conséquent, une inadéquation entre les employés actuels et les exigences spécifiques au poste est observée.

Etant donné que les employés ne peuvent pas être immédiatement licenciés, les managers se retrouvent souvent avec une équipe ne fonctionnant pas de manière optimale.

Faute du management ?

Il est important de mentionner que les organisations s'attardant en profondeur sur le marché du travail sont généralement bien plus satisfaites des compétences de leurs employés. 35% de ces entreprises ont indiqué avoir exactement les bonnes personnes au sein de leurs équipes.

Ces chiffres sont une critique vis-à-vis des managers en personne. Il n'est pas toujours question d'un bon employé à la mauvaise place, ou d'un mauvais employé ou à la bonne place.

Une incompatibilité présente au sein d'une entreprise s'explique notamment par un management faisant défaut et ne mettant pas suffisamment de moyens en œuvre pour le développement des employés ni pour les informer de ce qui est attendu de leur part à l'avenir.

Besoin d'expertise appropriée

15% des managers interrogés ont fait savoir qu'ils avaient l'intention de remplacer certains de leurs collaborateurs dans l'année à venir, car leurs profils ne correspondaient plus aux exigences de la fonction.

Les tendances actuelles de licenciement se basent souvent sur la règle du "dernier entré, premier sorti". Dans 27% des cas, il s'agit d'un obstacle pour "rafraîchir" le personnel. Selon Koopman, "A l'heure actuelle, des principes tels le "dernier arrivé, premier sorti" ne sont plus envisageables car ils ne mentionnent en rien l'expérience dont les gens bénéficient. Il est essentiel pour toute organisation d'avoir accès à l'expertise appropriée au bon moment."

A long terme, ce genre de règle mènera à une incapacité d'adaptation de plus en plus grande et sera responsable de la non atteinte des objectifs de l'entreprise.

(EH) Source: Intermediair.nl 

Plus d'info Patrons , Licenciement

25/08/2014