Mon salaire
Précédent

1 de 404

Suivant
Article suivant:

Quels frais professionnels pouvez-vous déduire de vos impôts ?

Malgré une rémunération plus élevée et une augmentation des avantages extralégaux, les Belges restent insatisfaits de leur package salarial

barosala2022
Les Belges demeurent insatisfaits de leur package salarial, alors que leur rémunération ainsi que le nombre d'avantages extralégaux octroyés augmentent systématiquement. Au niveau des avantages extralégaux, nous observons clairement un effet coronavirus, avec davantage de travail à domicile, d'ordinateurs portables et moins d’indemnités de trajets domicile-lieu de travail. Enfin, la voiture de société garde le cap, sauf chez les fonctionnaires.

Telles sont les observations ressortant du Baromètre des salaires Jobat. Comme chaque année, cet outil donne un aperçu de la situation salariale des travailleurs belges, qu'il s'agisse d'ouvriers, d'employés ou de fonctionnaires. Quelque 96.000 personnes ont participé à l'enquête salariale de Jobat en 2022.

Effet Coronavirus en matière d’avantages extralégaux

Nous constatons une augmentation continue des extras octroyés en plus du salaire. Depuis 2020, le nombre d'avantages extralégaux n'a cessé d'augmenter, pour atteindre aujourd'hui une moyenne de 6,55 avantages par salarié. Les chèques-repas, la prime de fin d'année, l'assurance hospitalisation et le 13ème mois sont les plus fréquemment proposés. À titre de comparaison : en 2018, les travailleurs Belges bénéficiaient en moyenne de 5,87 avantages extralégaux.

Bien que la plupart des mesures relatives au coronavirus ne soient plus d'application en 2022, le nombre d'avantages extralégaux lié à l’absence d’un lieu de travail fixe continue de croître. Nous remarquons une augmentation de 78% en cinq ans en matière de possibilité de travailler à domicile. Plus le niveau d'études est bas, plus la possibilité de travailler à domicile augmente.

L'intervention de l'employeur pour un abonnement Internet augmente également (+25% en cinq ans). Ces avantages extralégaux semblent être devenus une nouvelle norme après la crise du coronavirus.

L’ordinateur portable progresse également (+30% en cinq ans), contrairement aux frais de déplacement domicile-lieu de travail (-12% en cinq ans). Cela s’explique par le développement de l’indépendance en matière de lieu de travail. Enfin, les défraiements forfaitaires continuent d’augmenter (près de 19% en cinq ans).

Check-list: aperçu des avantages extralégaux les plus courants

L'incontournable voiture de société (à titre privé)

L'octroi de voitures de société continue globalement d'augmenter (près de 13% en cinq ans). Dans les petites entreprises (comptant jusqu'à 9 travailleurs), le nombre de voitures de société a connu une progression encore plus forte (+18% en cinq ans).

Cependant, nous constatons que le véhicule de fonction ne gagne pas du terrain partout, notamment chez les fonctionnaires. Par rapport à 2018, la mise à disposition d'une voiture de société pour les fonctionnaires a diminué de 23%.

Salaire moyen : les débutants/jeunes diplômés sont à la traîne

Le travailleur belge gagne en moyenne 3.486 euros. Ce salaire moyen ou médian a connu une augmentation de plus de 16% en cinq ans. Pour rappel, la médiane signifie que la moitié des personnes interrogées gagne moins et l'autre moitié gagne plus que le montant en question. Un salaire médian est plus représentatif qu’un salaire moyen tenant compte des salaires démesurés.

Les écarts salariaux traditionnels entre les régions se réduisent quelque peu. En termes de salaires moyens, une région comme le Limbourg (+17%) a plus rapidement progressé que Bruxelles (+14 %) au cours des cinq dernières années. Le salaire moyen est de 3.400 euros en Flandre et, par région, celui-ci revient à 3.285 euros dans le Limbourg, 3.500 euros à Anvers, 3.340 euros en Flandre orientale, 3.253 euros en Flandre occidentale et 3.500 euros dans le Brabant flamand. C'est à Bruxelles que le salaire moyen est le plus élevé (4.000 euros).

Découvrez : Que reste-t-il de votre salaire brut ?

Quid de la moyenne ?

Le salaire mensuel moyen d'un travailleur belge s'élève à 3.881 euros brut. Constatation frappante : le salaire brut moyen de départ augmente beaucoup moins, à savoir seulement 9,5% en cinq ans.

D’autre part, l'écart salarial moyen entre les hommes et les femmes diminue légèrement : les salaires des femmes ont augmenté plus fortement que ceux des hommes. Alors qu’une femme gagne en moyenne 3.477 euros (+16,9% en cinq ans), un homme gagne quant à lui 4.096 euros (+16,4%).

Le diplôme fait la différence

Le diplôme fait une grande différence, non seulement pour trouver rapidement un emploi après ses études, mais aussi au niveau de la rémunération proprement dite. Un master académique permet de gagner en moyenne 4.624 euros brut, contre 3.661 euros pour un baccalauréat professionnel et 3.215 euros brut pour une personne sans diplôme de l'enseignement supérieur.

En moyenne, une personne titulaire d’un master académique peut compter sur 7,65 avantages extralégaux contre 6,6 pour un baccalauréat professionnel et 5,15 pour une personne sans diplôme de l'enseignement supérieur.

Gagnez-vous suffisamment bien votre vie ? Comparez votre salaire avec celui des autres

Secteurs et fonctions

Les secteurs les plus rémunérateurs cette année sont encore la chimie & la pharmacie, l’énergie & l'environnement ainsi que la banque & les assurances. À l'inverse les secteurs de l’Horeca, des médias, du marketing & de la communication ainsi que du tourisme, des sports et des loisirs sont les moins rémunérateurs.

Les métiers dont la rémunération moyenne a le plus augmenté sont les fonctions juridiques (+ 27,2% en cinq ans) et les professions médicales et paramédicales (+ 26,2% en cinq ans).

AVE_tableaubaro Alerte emploi : des jobs sur mesure par e-mail. Prêt en 3 clics

Baisse de la satisfaction à l'égard du package salarial

32% des personnes interrogées attribuent une note de 8, 9 ou 10 à la satisfaction qu'elles éprouvent à l'égard de leurs conditions salariales. Ce chiffre est légèrement inférieur à celui de l'année dernière et inférieur de 4% à celui de 2020. La baisse de la satisfaction est significative et digne d'intérêt compte tenu de la nette augmentation des conditions salariales.

Au sein des secteurs et des catégories professionnelles, on observe toutefois des évolutions intéressantes. Les professions libérales enregistrent par exemple la plus forte baisse de satisfaction en matière de rémunération (-5%). L'absence d'augmentation de salaire, combinée à la hausse des prix de la consommation et de l'énergie, n'y est sans doute pas étrangère.

Les secteurs qui bénéficient plus souvent d'une indexation automatique voient leur satisfaction augmenter (comme le secteur de la santé et associatif).

Dans le secteur de l'agriculture et de l'horticulture, la satisfaction salariale diminue sensiblement (-8%). La pression des coûts dans ce secteur en 2022 a certainement joué un rôle à cet égard.

Et les vacances ?

Le nombre moyen de jours de vacances est resté le même au cours des trois dernières années, à savoir 28 jours. Les différences entre les sexes, les niveaux d'études et les niveaux d'ancienneté sont plutôt limitées, bien qu'il y ait de grandes différences entre les statuts professionnels. En moyenne, les ouvriers n’ont par exemple droit qu'à 24 jours de vacances, soit 12 jours de moins que les fonctionnaires. Le nombre de jours de vacances augmente également avec la taille de l'entreprise.

Tant dans l'enseignement (43 jours) que dans les pouvoirs publics (33 jours) et la recherche scientifique (31 jours), le nombre de jours de congé reste largement supérieur à la moyenne de 28 jours. Même si, proportionnellement et en moyenne, ces secteurs bénéficient de moins d'avantages extralégaux.

(wv/eh)

À propos du Baromètre des salaires de Jobat

Jobat et la société d'études de marché Ipsos ont reçu des informations de 95.974 travailleurs belges au sujet de leurs salaires via une enquête en ligne. Les personnes interrogées ont un âge moyen de 38,5 ans. Parmi celles-ci, 29% n'ont pas de diplôme supérieur, 37% ont un diplôme de baccalauréat (académique ou professionnel) et 34% un diplôme de master. Les répondants sont principalement des employés, suivis par des ouvriers et des fonctionnaires.



16 mai 2023