Switch de carrière : d'employé de banque à responsable de sécurité du circuit de Spa-Francorchamps

Changer d'emploi n'est jamais évident. Evoluer dans un nouveau secteur l'est encore moins. Johan Aerts (53 ans) a fait le pas en quittant le secteur bancaire pour celui des circuits automobiles. Il nous fait part de son histoire…

Le passage d'un emploi à l'autre n'est pas toujours facile. Changer radicalement de secteur l'est encore moins. Selor a donc décidé d'organiser un concours du 'plus grand switch de carrière' pour trouver des histoires inspirantes de personnes ayant osé s'aventurer en terrain inconnu. Johan Aerts (Kermt-Hasselt) en est sorti vainqueur.


Johan a délaissé le secteur bancaire pour travailler en tant que responsable de la sécurité du circuit de Spa-Francorchamps. "Ma fille m'a montré le concours Selor en me disant : 'Papa, j'ai trouvé quelque chose dans le journal, je pense que cela t'est destiné'. Et oui cela m'a semblé très intéressant."

Changement de secteur

Ce n'était pas la première fois que Johan changeait de secteur au cours de sa carrière. Diplômé comme professeur de l'enseignement primaire, il ne trouva pas directement de travail et atterrit dans le secteur bancaire. Son employeur de l'époque était la banque Bacob qui devint ensuite Dexia, où il officia en tant que directeur d'agence et 'chargé de relations Business Banking'. Après 28 années de bons et loyaux services ainsi qu'un dernier changement de nom vers la banque Belfius que nous connaissons actuellement, Johan décida qu'il était temps de passer à autre chose.


"J'effectuais mon travail avec plaisir mais, après le lancement de la nouvelle opération régionale, je ne fus plus directeur d'agence mais 'chargé de relations Business Banking'. Aucun problème car je gardais mon portefeuille de clients. A peine deux années plus tard, en 2012, survint une réorganisation qui me vit contraint de déménager dans une autre région. Il s'agissait d'un cadeau quelque peu empoisonné. J'avais des contacts différents avec mes clients et il y avait moins de place pour la créativité. Ma manière de travailler qui ne correspondait plus trop au nouveau style de travail attendu."


Kantoorhouder

 

"Pendant ce temps, je retirais énormément de plaisir de ma passion : les voitures. Les circuits automobiles suscitaient mon intérêt depuis un certain temps. J'ai été directeur de course à Zolder pendant 10 ans et suis ensuite devenu commissaire. J'ai vu qu'une position était ouverte à Spa-Francorchamps… Je bénéficiais de beaucoup d'expérience en la matière grâce à ma passion et je parlais plusieurs langues, j'ai donc décidé de tenter ma chance."

Le grand saut

"Était-ce difficile de faire le grand saut ? Ce n'était pas facile mais la pression avait disparu. Mes enfants habitent encore à la maison mais travaillent et savent se débrouiller par eux-mêmes. Ma maison est entièrement financée, je n'avais donc plus vraiment d'obligations et pouvait me permettre de prendre ce risque. Attention, je devais laisser derrière moi les primes et les assurances mais, au bout du compte, vous devez surtout vous demander ce qui vous rend heureux et faire preuve d'un minimum de culot. Bon nombre de mes anciens collègues voudraient bien évidemment faire de même, mais il ne le font pas car ils doivent rembourser un crédit ou ont un besoin de sécurité."


"Mais l'opportunité était là et je me devais de la saisir. Cette fonction m'allait comme un gant. J'avais de l'expérience avec les circuits automobiles et le multilinguisme était requis. J'ai toujours bien entretenu ma pratique des langues, cela joue désormais en ma faveur. Ayant été en contact avec des personnes en provenance des quatre coins du monde, parler plusieurs langues est un must. Je le répète souvent à mes filles de manière à ce qu'elles s'en souviennent le plus possible."

Le travail

"Le travail est bien évidemment différent de ce que j'avais connu auparavant, et ce notamment au niveau des horaires. Ici, il s'agit d'un travail saisonnier : 7 jours par semaine du 15 mars au 15 novembre. Je quitte mon domicile à 06h15 le matin pour arriver à l'heure au bureau et préparer mes dossiers. Les clients commencent à arriver vers 08h30. Je ne me plains pas car mon hobby est désormais devenu mon métier. Pendant mon temps libre, je suis également président de la paroisse. J'ai dû arrêter toutes mes autres activités, faute de temps. Je roule environ 50 minutes pour me rendre au travail. La distance est de 90 kilomètres mais j'ai de la chance car les files sont généralement dans l'autre sens. De plus, j'adore rouler en voiture."


Safety Manager

 

"Le plus grand changement est que je ne travaille plus en Flandre mais bien en Wallonie. La collaboration fonctionne bien mais l'environnement politique est parfois mouvementé. Le rythme de travail est également différent étant donné les imprévus de dernière minute, mais cela ne m'importe guère. Je veux faire du bon travail, un point c'est tout. Ce que j'apprécie beaucoup est l'esprit d'équipe car, tout seul, je ne suis rien. C'est important à retenir. Je dis également toujours 'merci'. Remercier les autres est primordial à mes yeux."


"Mon travail actuel est amusant car il s'agit d'une combinaison de ma passion pour les voitures et les circuits automobiles aux contacts avec les clients. Je trouvais déjà cela agréable lorsque je travaillais à la banque. Les clients contents me complimentent mais le font également savoir à mon patron et à mes collègues. C'est très motivant de savoir qu'ils sont satisfaits. Je souhaite seulement pouvoir vivre de ma passion."

Motivant

"Aux personnes qui veulent se réorienter mais n'osent pas le faire, je leur dis 'Just do it. Allez-y !'. Comparez cela à une personne qui doit descendre une piste de ski mais qui a peur. Choisira-t-elle la piste rouge ou la piste noire ? Si vous empruntez toujours les mêmes pistes, vous n'en connaîtrez jamais de nouvelles. Ce n'est qu'en tentant autre chose que vous élargirez vos horizons. Vous pouvez attendre qu'un nouveau challenge vous soit offert sur un plateau d'argent, mais cela ne fonctionne généralement pas comme ça. Bougez-vous maintenant et non dans 15 ans. Faites surtout ce que vous aimez."


Une belle histoire qui lui a permis de gagner le concours du "plus grand switch de carrière" et de se voir offrir deux tickets d'avion. "J'ai reçu deux tickets Brussels Airlines. Je pense que je vais me rendre à Oslo pour une petite expédition en compagnie de mon épouse."


(eh/jy) 

Plus d'info Lieu de travail , Collègues , Travail d'équipe , Heureux au travail , Développement personnel

07/03/2017