Quel est le salaire minimum que vous puissiez gagner ? Et le salaire maximum ?

Ecarts de salaire

Un travailleur de 21 ans doit au moins gagner 1.414 euros par mois. Si l’on en croit le Service Public Fédéral Economie - et pourquoi ne le ferait-on pas ? – 10% des Belges actifs gagneraient 1.911 euros bruts par mois, et il y en aurait autant qui gagneraient au moins 4.303 euros bruts par mois…

Si la différence entre les deux, l’écart de salaire, devient plus importante, ce sera principalement la conséquence de la hausse de revenus des salaires élevés. La notion de salaire maximum que les employeurs puissent payer n’existe en effet pas. Un salaire minimum garanti, bien, même si ce montant n’est pas le même pour tous. Le salaire minimum dépend de la fonction, de l’âge et des années de service.

Salaire minimum versus revenu minimum vital

Un travailleur de 21 ans doit au moins gagner 1.472 euros bruts par mois. Vous avez 22 ans et un an d’ancienneté, le montant monte à 1.529 euros. Le montant exact dépend du secteur mais les minima de secteur sont toujours plus hauts que le salaire garanti. Celui-ci n’est pas le même que le minimum vital, qui est l’indemnité du CPAS pour ceux qui n’ont pas ou très peu de moyens de subsistance. Pour un isolé, ce montant s’élève à 725 euros par mois.

Salaire maximum ?

Un plafond maximum légal, cela n’existe pas. « Il y a bien des salaires maximum qui s’appliquent dans quasi toutes les entreprises et qui dépendent de la fonction et du niveau. Le salaire de ceux qui sont payés au barème, sont aussi limités », détaille Decroos.

0n a beaucoup parlé des très hauts salaires. Beaucoup estimaient, et estiment toujours, que ce n’est pas éthique de payer des bonus exorbitants alors que les travailleurs les moins fortunés doivent se serrer la ceinture. « Un collaborateur de haut niveau a inévitablement créé de la valeur. Il mérite donc un salaire élevé. Souvent, il supporte de grosses responsabilités. Le salaire est donc à l’avenant », raisonne Decroos.

Equilibre fragile

Ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas chercher un équilibre. « On peut mais c’est à chaque entreprise à veiller à pratiquer une bonne politique des salaires. Sans cela, elle risque d’y être poussée par l’opinion publique ou par ses propres collaborateurs. »

Parfois le politique s’en mêle. C’est lié à la notion de corporate governance dont cette matière relève. On attend que les entreprises mettent en place des comités honnêtes. Impact concret : à présent beaucoup d’entreprises affichent les salaires des dirigeants dans leur rapport annuel. Mais ce que ces montants signifient concrètement, un profane aura encore du mal à l’estimer.

Basé sur 'Uw verdiende loon' d’Ivan De Witte et Brecht Decroos, Edition Borgerhoff&Lamberigts, 19,95 euro, 240 pages.
(sc)

Plus d'info Combien vaut mon travail?

24/09/2013