Ne commettez pas la même erreur que Kodak

Qu’ont donc en commun Aspirine, Pampers, Vaseline, Jeep, Bic et Kodak ? Ce sont des noms de marque, qui, à un moment ou l’autre, ont réussi à être utilisés comme noms génériques. Pour l’un d’entre eux, c’est l’heure de la fin.

7 février 2012

Partager

« le syndrome kodak n’est pas qu’un problème d’organisation, il est aussi humain. » quelles leçons en tirer à titre personnel ?

Dans les années 80 et 90, on n’achetait pas un appareil photo, mais un Kodak. Vous sous souvenez des fêtes où vous juriez ne pas l’avoir emmené pour immortaliser ces « instants Kodak » ?

Ces temps sont définitivement derrière nous. Les actions de Kodak, auparavant cotées à 20$, sont redescendues à un timide 0,36 euro. Cette semaine, l’inévitable est arrivé. Kodak, au bord de la faillite, a demandé la protection judiciaire contre ses créanciers.

Où est l’erreur ?

Comment une entreprise à succès, dont l’histoire remonte à 1880, peut ainsi s’effondrer entièrement à court terme ? Par manque d’innovation. Kodak a complément raté le passage de la photographie analogique au digital. Les chercheurs attribuent l’erreur à une mauvaise stratégie. Kodak a suivi celle, très populaire, de la zone de compétences : exercez, en tant qu’entreprise, uniquement les métiers dans lesquels vous excellez et renoncez à toutes les autres activités.

Pendant que les nouvelles technologies du digital ont complètement changé le marché des appareils photos, ils ont continué à croire que leur maîtrise de la couleur devait les aider à braver la tempête sur le marché. Mais à force de rester obstinément accrochés à leur savoir-faire historique, ils ont fermé les yeux face à la concurrence, celle des smartphones par exemple. Ils n’ont pas voulu prendre le train en marche. Car l’expérience du consommateur a radicalement changé : il vit désormais différemment la photo et la partage librement avec les autres. Facebook n’en est qu’un exemple…

Et vous, dans 10 ans ?

Kodak n’est pas le seul. Beaucoup d’entreprises à succès se débattent avec les mêmes problèmes. Comment faire du bénéfice avec des acquis qui ont porté leurs fruits, mais tout en prenant le temps de se renouveler ?

Et vous dans 10 ans, que ferez-vous ? Avez-vous déjà pensé à ce que sera votre job, où en sera votre carrière ? Vous avez la même question qui se pose dans votre travail. En prendre conscience est déjà une partie de la solution…

« Le syndrome Kodak n’est pas seulement organisationnel, c’est surtout un problème humain », analyse Frederik Anseel, Professeur en psychologie des organisations à l’Université de Gand et chef du groupe de recherche VIGOR. L’auteur américain F. Scott Fitzgerald a très bien résumé la question : « Le summum de l’intelligence, c’est l’habilité à garder à l’esprit deux idées opposées en même temps tout continuant à fonctionner. »

Comment rester productif au travail tout en anticipant les nouvelles tendances ? Par exemple en s’obligeant à acquérir de nouvelles compétences comme si c’était vital. En s’offrant, malgré un agenda chargé, le temps de remettre les choses en question et de réfléchir à de nouvelles manières de travailler.

Ne faites pas l’erreur de Kodak. Renouvelez vos couleurs.

(fa/sc) 

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.