Les pensées secrètes des employés envers leur patron

Les choses que ses employés n’osent pas lui dire en face sont peut-être celles qu’un patron a le plus besoin d’entendre. Se parler franchement aide pourtant les deux partis à mieux se comprendre, à mieux cerner les attentes de chacun et à renforcer la confiance mutuelle.

Voici 6 pensées courantes que les patrons entendent trop rarement de la bouche de leurs employés :

1. « Vous me faites confiance ? Donnez-moi donc un travail important à faire ! »
Savoir déléguer n’est pas le point fort de tous les chefs. Quand le vôtre aime garder le contrôle, cela ne signifie pas nécessairement qu’il ne vous respecte pas ou qu’il vous trouve incompétent. Peut-être était-il seul pour effectuer ces tâches auparavant. Dans une société qui a grandi rapidement, cela peut expliquer son comportement. Tentez de lui parler s’il ne réalise pas qu’il bloque votre développement professionnel.

2. « Oui, votre fils a fait du vélo à deux roues à 2 ans. C’est la 20e fois que vous vous en vantez. »
Vous allez reconnaître la situation. En se donnant un peu de mal à paraître spontané, le patron demande comment va votre enfant.
- « Quel âge a-t-il maintenant ? »
- « Lucie a 4 ans. »
Et comme il vous connaît à peine, la conversation tourne au monologue à propos de sa propre vie privée, son appartement à la mer, sa voiture d’un modèle que vous ne pourrez jamais vous offrir. Si vous êtes nouveau dans la boite, vous avez juste envie de savoir comment vous vous en sortez. Les employés apprécient qu’on s’intéresse à eux mais ce patron montre seulement qu’il s’intéresse à lui-même.

3. « Ne voyez-vous donc pas que je suis trop occupé pour perdre du temps à discuter ? »
Votre patron est de bonne humeur et pour lui c’est le moment de passer un instant sympathique auprès de ses employés. Vous appréciez les occasions de discuter avec lui, mais pas quand l’unique chose qui vous préoccupe est de clôturer ce dossier dans le délai fixé.

4. « En réalité, j’aimerais travailler ici encore longtemps. »
Un job pour la vie, cela n’existe plus. Les premières années, on cherche encore ce qu’on attend de la vie professionnelle, mais même au-delà des 30 ans, les travailleurs d’aujourd’hui changent encore assez souvent de travail. Les uns pour gagner plus ou pour une plus grosse voiture de société, les autres parce qu’ils en ont marre des heures supplémentaires et des bouchons ou parce qu’ils ne supportent plus leur patron. Ces changements fréquents ne sont pourtant pas une fatalité. Ils génèrent pas mal de stress et un travailleur qui quitte son entreprise a de bonnes raisons de le faire. Un bon chef essaiera de trouver la cause d’un départ et d’y remédier voire de le prévenir.

5. « Mon mari m’a trompée et c’est pour ça que j’ai du mal à me concentrer sur mon travail, crétin ! »
Aborder les problèmes de leur vie privée met beaucoup de travailleurs mal à l’aise. Est-ce qu’on se plaint de ses problèmes de couple après un simple « Comment allez-vous ? » dans les couloirs ? Vous pouvez l’envisager si vos soucis compromettent la qualité de votre travail. Ce sera toujours mieux de recevoir une mauvaise évaluation ou de subir les regards méprisants de vos collègues en raison de vos performances médiocres.

6. « Ce chèque-cadeau me fait plaisir mais un merci est tout ce que je demande. »
Des œufs en chocolat à Pâques ou un petit cadeau de Noël, la plupart des entreprises offrent ce genre d’attentions au personnel. Mais c’est un peu facile et le patron peut très bien charger sa secrétaire de s’en occuper. Rien ne vaut un remerciement direct et sincère. « Merci d’avoir traité avec ce client difficile. » « Merci d’avoir donné un coup de main. » « Merci d’avoir signalé ce problème. » Vous voyez, chef, ce n’est pas compliqué !

Source : Inc.com
(sdb)
 

Plus d'info Patrons , Heureux au travail

09/03/2012