Les écarts salariaux sont-ils enfin révolus ?

Dans notre pays, les hommes gagnent en moyenne 21,1% de plus que les femmes. Si vous comparez les salaires des hommes et des femmes ayant un poste similaire ou travaillant au sein de la même entreprise, la situation est complètement différente. L'écart salarial est-il enfin révolu ?

31 octobre 2017

Partager

Écart salarial brut ou net

Une étude du bureau de conseil Hay Group a démontré qu'un travailleur à temps plein gagnait en moyenne 21,1% de plus qu'une femme travaillant le même nombre d’heures. Il s’agit d'écart salarial brut.

En comparant des hommes et des femmes ayant des occupations similaires, il n’y a qu’une différence de 3%. Enfin, si vous analysez les salaires au sein d’une seule et même entreprise, la différence n'est que de 1,8%, voire 1,4% s'ils remplissent exactement la même fonction.

Le problème est-il résolu ? Non. Un écart salarial net apparaît encore et toujours dans les entreprises (l'étude a été menée dans 110 pays différents).

Le rapport fait part d’une analyse des données salariales de 8,78 millions de travailleurs dans 25.000 entreprises établies dans 110 pays différents. En Belgique, 177.000 employés ont été interrogés. Les chiffres diffèrent en fonction des pays mais la situation globale est identique : la différence entre l'écart salarial brut et net est très élevée.

Choix de carrière

L'écart salarial brut semble davantage lié aux choix professionnels et à la carrière des femmes qu'à la discrimination. Elles optent davantage pour les secteurs 'immatériels' tels que l'éducation et les soins de santé. Il s’agit de secteurs où les salaires sont relativement bas.

De plus, un certain nombre de femmes décident de travailler à temps partiel dès qu’elles ont des enfants. Les chiffres confirment cette tendance. Au début de leur carrière, elles gagnent autant voire plus que les hommes parce qu’il y a plus de femmes diplômées que d'hommes. Après 10 ans, lorsqu’un certain nombre de femmes ont eu des enfants, nous constatons que l'écart salarial augmente. Les femmes optent alors pour un travail à temps partiel et privilégient la flexibilité aux conditions salariales.

Moins de promotion pour les femmes

Le but de l'étude n'est certainement pas de minimiser la présence d’un écart salarial, souligne Hayter Janssens de Hay Group. Au contraire, il vise à encourager les entreprises à faire quelque chose à ce sujet. L'écart salarial 'brut' reste un problème. Celui-ci est en partie dû au fait que les femmes accèdent beaucoup moins souvent aux fonctions supérieures que les hommes.

Nous ne devons pas perdre de vue le 'plafond de verre'. Les postes plus élevés dans les entreprises sont encore et toujours occupés par des hommes. En Belgique, les cadres moyens sont composés de 70,6% d'hommes et, au niveau du top management, il y a 81% d'hommes.

Les femmes demandent moins de promotion mais elles luttent toujours contre les préjugés. Les hommes occupant des postes supérieurs sont plus susceptibles d’engager des hommes. En effet, lorsqu'il faut remplacer quelqu’un, les gens recherchent une copie de la personne à remplacer. Il y a encore beaucoup de travail à faire à ce niveau.

(eh/jy)

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.