Le salaire d’un entrepreneur en toiture : 2.000 euros net par mois.

Xavier Baes, 25 ans, Uccle
Gérant de TDT sprl

A 25 ans, Xavier Baes gère avec succès sa petite entreprise. Nous sommes allés à sa rencontre afin de savoir ce qu’il pense de son travail et de ses revenus.

Quel est votre métier ?

Je suis entrepreneur en toiture. J’ai repris l’entreprise générale de mon père, qui s’effondrait un peu et me suis lancé il y a deux ans. Mon but a tout d’abord été de me faire connaître dans le monde de la toiture. Et maintenant le travail suit : cela marche très bien, on a quelques mois d’avances sur le planning.

Concrètement, je vais chez le client, étudie son projet et lui fournit une offre de prix sur ses travaux de toiture. Je me suis associé avec mon beau-frère qui est électricien, pour faire perdurer l’entreprise générale de mon père.

Comment avez-vous (re)lancé cette activité familiale ?

J’ai refait le site Internet, un peu de publicité sur ma voiture, des panneaux d’affichage. Le reste, c’est du bouche à oreille.

Aimez-vous exercer votre travail ?

Oui, beaucoup. En premier lieu, j’aime ma liberté. J’ai travaillé pour un patron avant et ce n’est pas la même chose que de travailler pour soi. J’aime le fait d’apporter quelque chose de matériel. Par exemple, quand je passe devant une toiture que j’ai refaite en ville, je suis content et me dis que cela a modifié le paysage. J’aime également la relation avec les clients, et satisfaire leurs demandes.

Que pensez-vous de votre revenu ?

Je suis assez content. Je décide plus ou moins de combien je gagne. Je pourrais toucher plus, mais paierais alors plus d’impôts. Je suis suffisamment taxé et donc je préfère ne pas gagner plus.

Parvenez-vous à économiser ?

Oui. Un petit peu.

Quelles sont vos plus grosses dépenses ?

Le loyer de la maison. C’est pour l’instant ça qui me coûte le plus.

Quelles dépenses rechignez-vous à faire ?

Tout ce qui touche aux communications : Internet, GSM… Je trouve cela un peu excessif. Les opérateurs abusent par rapport aux autres pays, et cela m’agace un peu.

Lesquelles vous font plaisir ?

Aller au restaurant, en vacances, sortir… Se faire plaisir !

Quels sont vos rêves ?

D’ici quinze ans, quand j’aurai 40 ans, j’aimerais que ma société se soit développée. J’aimerais ne plus avoir à grimper sur les toits, car cela demande beaucoup au corps. Je souhaiterais donc avoir une équipe performante et être performant sur le marché.

(jt) 

DISCLAIMER
Jobat n’est pas responsable de l’exactitude des informations données ci-dessus. Elles ont été obtenues lors d’un entretien personnel avec la personne en question. Certaines informations ne sont peut-être plus correctes ou d’actualité. Elles donnent néanmoins une idée de la rémunération qui correspond à tel travail ou telle fonction.
 

Plus d'info Combien vaut mon travail? , Mon salaire

24/07/2012