Job atypique : le clown funéraire (VIDEO)

Les emplois vont et viennent. Soit à cause des évolutions sociétales, soit parce qu'ils sont devenus inutiles ou étranges. Voici un métier traditionnel de la Rome antique qui est logiquement tombé aux oubliettes. Avez-vous déjà entendu parler des clowns funéraires ?

14 septembre 2018

Partager

Rituel

Le clown funéraire ou 'archimimum' a été créé dans le but de jouer le défunt lors de ses funérailles. Son rôle était d'imiter la voix, le comportement et l'apparence de la personne décédée. Pour ce faire, il utilisait un masque et dansait autour de la tombe lors de l’enterrement.

Cela vous paraît ridicule ? Les Romains étaient persuadés que ce rituel était nécessaire pour calmer les âmes des morts et faire rire les membres de la famille endeuillée. Même les empereurs et les familles les plus aisées faisaient appel aux clowns funéraires et allaient parfois très loin dans leurs démarches.

Certains osaient débourser des sommes d'argent considérables pour que les clowns fassent des blagues aux goûts douteux voire irrespectueux. Par conséquent, les clowns gagnaient encore mieux leur vie que les gladiateurs et beaucoup de mimes décidèrent d’exercer ce métier à titre complémentaire. En endossant le rôle de clown funéraire, ils étaient autorisés à faire des blagues et des gestes grossiers aux dépens du défunt. Même les empereurs y passaient et les clowns se moquaient ouvertement d’eux lors de leurs funérailles.

 

Futur

Bien que la pratique soit derrière nous depuis un certain temps, il existe encore des gens qui veulent faire revivre cette profession. John Brady a par exemple créé le service funéraire "Dead Happy Ireland" en Irlande. Même si cela diffère légèrement de l’époque romaine, il propose des ballons en formes d’animaux, des fleurs provoquant des éclaboussures et des petites mises en scène comiques autour des tombes lors de funérailles. Si vous lui demandez pourquoi il propose de tels services, il vous répondra que n’importe qui rêverait d’être enterré dans de telles circonstances.

Aux Pays-Bas, on parle également de 'clown de contact' ou de 'gentle clowning'. Il s’agit de clowns qui répondent davantage aux émotions et prônent la convivialité comme le font par exemple les Cliniclowns.

'Clown d’enterrement' en Belgique

En Belgique, il existe un 'clown d’enterrement'. Celui-ci n’a pas l’apparence d’un clown normal. Pas de nez rouge mais un nez noir et pas de vêtements colorés mais un costume noir. Peter Leeman opte pour une interprétation de clown plutôt discrète afin d’apporter un peu de gaieté lors de moments difficiles. Il choisit par exemple de rester en retrait et soutient les personnes si cela s’avère nécessaire."

Rouwclown Peter Leeman

Alors, assisterons-nous à une renaissance des clowns funéraires ?

(eh/ll) – Sources : Nieuwsblad/NRC/HISTORYasia

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.