Avez-vous déjà été payé en bitcoin ?

"Un travail de freelance en échange de bitcoins" (Andreas Wauters, co-fondateur de 'Gent Bitcoinstad')

Le Bitcoin fait les titres de l'actualité lorsque ses cours atteignent des sommets ou baissent considérablement. Il s'agit surtout de la blockchain (technologie de stockage) derrière cette monnaie virtuelle qui pose question. Les bitcoins sont-ils aussi intéressants qu'un salaire, des honoraires ou des avantages extralégaux ?

Nous espérons recevoir des réponses en rencontrant Andreas Wauters, un ingénieur spécialisé en applications, et Mike Rosseel, un développeur Java. Tous deux sont fondateurs de 'Gent Bitcoinstad', le premier réseau social spécialisé en bitcoin qui compte déjà 26 entreprises parmi ses clients. Notre rencontre se tient au 'Outpost Game Center' de Gand. Il est possible d'y payer ses parties ou ses boissons en bitcoins et il y a même un distributeur de billets appelé 'Bitcointact'.

Apparition

Le cours du bitcoin a récemment baissé mais, dans l'ensemble, il est généralement en hausse. Il y a quelque temps, sa valeur approchait presque celle de l'or. La première transaction de bitcoin date de 2011 : il s'agissait d'un 'montant' de 10.000 bitcoins pour une part de pizza. De nos jours, elle vaudrait 8 millions d'euros. Pourquoi ? Parce que le nombre d'utilisateurs de bitcoin n'a cessé d'augmenter tandis que la quantité de bitcoins disponible sur le marché ne peut pas dépasser les 21 millions. Cela crée une sorte de pénurie permanente.

Quand le bitcoin est-il apparu ? Il n'y a pas de date exacte mais seulement des traces de transactions entre comptes en banque (adresses bitcoin). Tout cela est rendu possible grâce à la blockchain (technologie de stockage) : un réseau unique d'ordinateurs connectés à travers le monde qui classifient et contrôlent les différentes opérations, le tout géré par des 'mineurs' rémunérés en bitcoins. Grâce à cela, vous pouvez (en principe) effectuer rapidement et en toute sécurité des transactions de bitcoins aux quatre coins du monde. Les entreprises trouvent cela intéressant mais le cours du bitcoin n'est pas toujours prévisible. Par conséquent, son statut oscille entre un jeu destiné aux personnes qui y croient et une véritable révolution mondiale.

Salaire en bitcoins

Au 'Outpost Game Center' de Gand, un technophile fait son entrée. Il raconte comment il a fondé une entreprise basée en Slovénie et spécialisée dans l'Internet. Il explique ensuite qu'il rémunère son personnel en bitcoins. Commander des bitcoins se fait au travers d'un broker qui vérifie d'abord votre identité. Cela nécessite certaines recherches. "Nos réunions sont un excellent moyen d'y parvenir. Les professionnels de l'informatique, les consultants et les investisseurs sont notre public cible mais nous cherchons également un certain nombre d'experts financiers. Lors de notre première rencontre il y a deux ans, nous avons donné naissance à 'Gent Bitcoinstad. Pour l'instant, c'est un peu plus calme et, au niveau de l'emploi, le bitcoin n'en est encore qu'à ses balbutiements. Il existe déjà un site appelé Jobs4Bitcoins où les freelancers travaillent en échange de bitcoins", explique Andreas Wauters.

Les salaires en bitcoins ne sont pas encore d'actualité, confirme Sam Wouters, expert en bitcoin et blockchain pour l'entreprise Duval Union Consulting. "En revanche, les ressources sont là. Bitwage est une plate-forme où les travailleurs sont payés partiellement ou totalement en bitcoins. Certaines personnes les conservent précieusement et espèrent une augmentation de leur valeur mais la plupart les échangent directement. Avec Bitwage, vous pouvez payer des milliers de personnes en un simple clic. Il existe également 'Bitpay' qui permet à votre employeur de vous rémunérer en bitcoins mais vous pouvez choisir d'être payé en une autre monnaie contre une commission de 1%. Grâce au bitcoin, un freelance recevoir sa paie très rapidement, et ce même s'il a un accès limité aux outils financiers tels un compte en banque."

Et vos impôts ?

Les bitcoins sont exemptés d'impôts si, comme un bon père de famille, vous les revendez l'année suivante en faisant une plus-value, explique l'expert-comptable David Ryckaert. "Si vous achetez et vendez en permanence, vous devrez payer 33% d'impôts 'divers'. En revanche, pour ces impôts 'divers', vous ne paierez pas de cotisations sociales."

(eh/jy) – Plus d'informations : Gentbitcoinstad.be 

Plus d'info Fiche de paie

03/03/2017