Recrutement : tout miser sur les jeunes est un mauvais plan

Pour tenter de réduire les coûts tout en stimulant l’innovation, certaines entreprises misent sur le recrutement de jeunes collaborateurs. Pour Tom Agan, co-fondateur du bureau-conseil Rivia et spécialiste de l’innovation, se débarrasser des anciens est une erreur.

Au contraire, cela diminue le potentiel d’innovation d’une organisation, explique Tom Agan au New York Times. Il rappelle que les jeunes entrepreneurs prodiges à la Mark Zuckerberg sont une exception.

Une étude réalisé par Benjamin Jones de la Northwestern University démontre même que le potentiel d’innovation d’une personne de 55 ans dépasse celui d’un jeune de 25 ans. Par ailleurs, l’âge moyen auquel un scientifique réalise une percée importante a grimpé de 32 à 38 ans durant le siècle dernier. Le processus qui sépare la naissance d’une idée de sa concrétisation couvre généralement plusieurs années.

A contresens

Nonobstant le vieillissement général de population active, de nombreuses entreprises partent dans l’autre sens. Mais au lieu de baisser l’âge moyen de leurs employés, ils auraient donc intérêt à l’augmenter.

Concrètement, Agan propose aux entreprises de limiter la rotation du personnel, en particulier celle des cadres à haut potentiel, et d’empêcher ces derniers de changer de secteur. Au lieu de cela, il serait plus intelligent d’encourager les meilleurs éléments à rester et de leur donner les années qu’il faut pour mener les innovations majeures de la conception à la commercialisation.

(nm) – Bron: 6minutes.be & Nytimes.com

Plus d'info Les plus de 50 ans , Collaborer

29/04/2013