Pourquoi un Belge sur deux remet-il sa démission ?

Les offres d'emploi sont de plus en plus abondantes que les employés prennent confiance en eux et se permettent de chercher un autre travail. Un employé sur deux envisagerait de quitter son entreprise pour un autre employeur.

Il y a clairement une augmentation de la confiance chez les travailleurs au niveau de leurs perspectives d'emploi. "Plus de 59% des employés belges prétendent avoir plus confiance en eux pour trouver un emploi par rapport à il y a un an", explique Frédérique Bruggeman, directrice générale du bureau de recrutement Robert Half Belux.

Offres d'emploi croissantes

A cause de l'augmentation des offres d'emploi sur le marché du travail, les travailleurs ont plus tendance à saisir de nouvelles opportunités. C'est ainsi que 68% des employés déclarent qu'ils se pencheront vraisemblablement vers un nouvel emploi d'ici les 12 prochains mois. "Il n'est donc pas surprenant que sept directeurs financiers sur 10 craignent que leurs meilleurs employés au sein des départements financier et comptables quittent leur entreprise d'ici la fin de l'année pour relever un autre défi."


Cette croissance des offres d'emploi se reflète également dans les chiffres récents publiés par Eurostat : le nombre de postes vacants a augmenté de 0,3% au deuxième trimestre de l'année 2015 par rapport au même trimestre de l'année 2014. "La Belgique est l'un des pays les plus performants d'Europe. Avec une offre d'emplois élevée, les travailleurs sont plus ouverts à de nouvelles opportunités. Il est prévu que la reprise progressive de la croissance économique belge entraîne une augmentation du recrutement au sein des entreprises et donc une création d'emplois supplémentaires d'ici les prochains mois."

Le salaire est le facteur le plus influant

La moitié des employés belges (51%) ont dit qu'ils étaient prêts à quitter leur entreprise si un autre employeur leur proposait un salaire plus élevé. "Les patrons savent très bien que l'augmentation des salaires permet de garder les talents dans l'entreprise. Une politique de rémunération conforme aux tendances du marché doit être une priorité pour les entreprises", déclare Frédérique Bruggeman de Robert Half Belux.


Selon 18% des répondants, un meilleur équilibre entre le travail et la vie privée est le fateur déterminant dans la décision de changer d'emploi ou non. S'en suit le développement de carrière (9%), une meilleure culture d'entreprise (8%), la situation géographique (8%) et la relation avec le patron et/ou les collègues (6%).


Frédérique Bruggeman s'explique : "Pour une entreprise, il est important de tendre l'oreille pour détecter les éventuels signaux émis par les travailleurs et de tenir compte de leurs souhaits. Une communication de qualité est essentielle pour maintenir une bonne politique des ressources humaines. Les employeurs qui savent exactement ce que leurs employés recherchent seront capable de les garder plus longtemps au sein de leur entreprise. Une politique RH personnalisée et ciblée est importante, surtout lorsque différentes générations de travailleurs évoluent sur le même lieu de travail."

La moitié des employés veulent demander une augmentation

Près de la moitié (44%) des employés envisagent de demander une augmentation de salaire d'ici les douze prochains mois. Les travailleurs de la génération Y (51%) sont davantage prêts à faire leur demande que les baby-boomers (48%) ou que la génération X (33%).

Comment obtenir la meilleure augmentation possible ?

Bien entendu, il se peut que l'employeur décide de ne pas vous accorder d'augmentation. Dans ce cas, 40% des employés attendent la prochaine occasion de demander une augmentation. Près de 3 travailleurs sur 10 (29%) osent demander une alternative sous forme d'avantages extralégaux supplémentaires ou d'une autre fonction offrant une meilleure rémunération au sein de l'entreprise. Plus d'un salarié sur dix (11%) se met à chercher un autre emploi en cas de réponse négative de la part du patron.


"Un avis négatif de l'employeur ne doit pas nécessairement mener à la fin de la négociation", déclare Frédérique Bruggeman. "En effet, il existe de nombreuses alternatives à une augmentation de salaire. Pensez aux avantages extralégaux ou aux horaires de travail flexibles. En proposant des alternatives, cela augmente la probabilité que votre patron fasse un geste. L'important est de déterminer la raison pour laquelle vous méritez une augmentation et, dans la mesure du possible, de justifier vos dires à l'aide d'exemples concrets."


(eh/jy) 

Plus d'info Démission , Accompagnement de carrière , Développement personnel

27/01/2016