Mal de dos ? C’est que vous n’aimez pas votre job

Lorsque vous avez une aversion pour votre job, vous pouvez en ressentir des maux physiques, prétendent les scientifiques. Chez beaucoup de patients du dos, la cause n’est pas physique mais ils sont simplement malheureux dans leur job.

4 novembre 2013

Partager

Des chercheurs ont étudié 315 patients qui vont chez leur mèdecin pour se plaindre de leur dos sans cause spécifique. Ils ont aussi rempli un questionnaire sur leur comportement. Un tiers d’entre eux a reçu le diagnostic suivant : mal de dos chronique. Chez certains, le mal s’empire après six mois, ce qui s’explique par la spirale négative dans laquelle ils tombent.

Cause ?

Le Professeur Melloh explique : "Une fois que les travailleurs restent chez eux pour cause de maladie, il devient difficile de retourner au travail et le mal augmente. C’est un cercle vicieux qui doit être arrêté. Un tiers de ceux-ci ont si mal qu’ils doivent stopprr leur carrière et en souffrent socialement parlant. Bien que beaucoup de patients aient pris des congés de maladie, une cause physique n’est observable que pour certains d’entre eux, comme un tassement de la colonne vertébrale.

Réduction de la douleur

Il y a tout de même de l’espoir pour les patients, les scientifiques pensent qu’il est possible de se sentir mieux. Les gens qui ont une attitude positive ont moins de chance de souffrir du dos. Cela aide d’accepter que cela fait partie de la vie. Parfois, la douleur s’en va d’elle-même. En parler peut aussi être une solution. En bénéficiant d’un support et d’une écoute au bureau, on peut mieux s’en protéger.

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.