Etre payé pour arriver plus tard au bureau

Personne n’aime se lever tôt le matin pour se retrouver coincé dans une foule compacte et ne trouver qu’une toute petite place debout dans un transport en commun bondé. Il semble cependant y avoir une solution pour les navetteurs devant prendre tous les jours un bus, un tram ou un métro pour se rendre sur leur lieu de travail.

Urban Engines est une start-up dont l’objectif est de convaincre les villes de payer les travailleurs pour éviter les heures de pointe. L’entreprise fait usage de systèmes spécifiques d’analyses de réseaux pour comprendre où et pourquoi la congestion (un engorgement de trafic ou de personnes, ndlr.) se produit. A l’aide d’analyses très précises, l’entreprise entend faire pression sur les villes du monde entier afin de pouvoir récompenser les navetteurs qui évitent les heures de pointe.

Crédit de transport supplémentaire

L’application Urban Engines a été conçue par d’anciens employés spécialisés dans le secteur des technologies. Ceux-ci sont d’avis que leur expérience de la congestion sur internet peut apporter un regard unique sur la densité des transports publics dans une ville. Les analystes rassemblent donc l’information des différentes instances du transport et la couplent avec un algorithme basé sur la grille horaire du transport public, de manière à connaître les moments précis où il est le plus encombré.

Aux dires des responsables d’Urban Engines, les villes pourraient utiliser ce type de données pour réduire leur trafic. Elles opèreraient par exemple en ajoutant du crédit de transport supplémentaire aux abonnements des navetteurs décalant leur voyage à des moments moins denses. Le concept a pour l’instant été introduit dans 3 grandes villes : Washington DC, Sao Paulo et Singapour.

(EH) Sources : Qz.com & Express.be  

Plus d'info Embouteillages

16/06/2014