''Donnez une chance aux 50+ dans le secteur de la santé''

Les limbourgeois Fons Leroy, directeur général du VDAB, et Wout Van Impe, directeur du groupe de conseil en ressources humaines Mercuri Urval, réagissent sur le fait qu’il y a aujourd'hui quelque 4.000 postes vacants dans le secteur de la santé.

16 janvier 2018

Partager

"Seule la moitié des personnes âgées de plus de 55 ans travaillent encore. Donnez-leur une chance dans le secteur de la santé."

Pourquoi est-il si difficile de pourvoir ces postes vacants ? La réponse est double : d'une part, il y a une quête éternelle de la perle rare et les profils plus traditionnels sont laissés de côté", affirment Fons Leroy et Wout Van Impe. "D'autre part, bon nombre d'entreprises et de managers n'ont pas investi suffisamment de temps dans le développement de leur personnel et ils en payent désormais le prix."

Il est grand temps d’enlever nos œillères et de passer à l’action. Le nombre d'emplois a augmenté depuis plus de deux ans alors que quelque 400.000 personnes issues de la génération du baby-boom disparaîtront de la vie active à court terme. Cette "sortie grise" ou "grexit" est une hypothèque majeure sur notre économie car, pour 100 personnes âgées quittant le marché du travail, seulement 78 jeunes le rejoindront en 2020.

Cette pénurie augmente d'un point de vue quantitatif mais également qualitatif. En raison de l'évolution rapide de la technologie et de la numérisation, les connaissances et les compétences requises changent presque continuellement. De plus en plus de personnes ne sont plus éligibles aux nombreux emplois disponibles sur base de leurs compétences actuelles. Une 'guerre des talents' devient inévitable et nous devons donc les attirer peu importe l’endroit où ils se trouvent.

Développement

Fons Leroy et Wout Van Impe poursuivent en disant qu’il y a encore suffisamment de talents disponibles sur le marché de l’emploi : "A peine 73% de la population active flamande travaille aujourd'hui et 46% des travailleurs de plus de 55 ans sont encore actifs. Il y a beaucoup de potentiel inexploité : les recruteurs doivent rechercher la diversité, à savoir un bon mélange de jeunes diplômés et de personnes plus expérimentées. Enfin, la plupart des travailleurs de plus de 50 ans ne se considèrent pas comme extravertis. Ils devraient avoir une chance de faire leurs preuves. Les employeurs doivent se concentrer en permanence sur leur propre développement et celui de leurs employés. De cette façon, ils continueront à fonctionner de manière optimale sur un marché du travail en constante évolution", concluent Fons Leroy et Wout Van Impe.

(eh/jy)

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.