Au secours, je ne m’en sors pas !

Vous venez d’accéder à ce poste tant rêvé et vous êtes un échelon hiérarchique plus haut. Génial, vous avez tout pour être heureux et néanmoins, votre malaise augmente jour après jour. Que faire ?

Les promotions sont souvent très attendues par les intéressés. Nous nous sentons valorisés, reconnus pour nos compétences. Cela flatte l’égo et souvent aussi notre portefeuille. Ce qui explique sans doute que l’on bondisse sur l’opportunité, parfois sans trop savoir si nous sommes à la hauteur.

Nous sommes à présent quelques mois plus tard. Votre première impression, vous la revivez encore. Un curieux sentiment de malaise, la crainte de ne pas être capable.

Deux possibilités : ou vous souffrez du syndrome de l’imposteur ou vous êtes réellement (pour le moment) inapte à la fonction.

1. Manque de confiance en soi

Les individus qui se retrouvent dans le premier cas manquent généralement plus de confiance en eux que de compétences. Ils sont trop exigeants à leur encontre, voire davantage que leur patron, et se convainquent qu’ils ont usurpé ce poste. Ils n’en font jamais assez à leurs yeux, ils se retrouvent donc vite en état d’épuisement.

Que leur faut-il ? Un coach individuel ou un psychologue pour leur faire regarder la réalité en face, regagner leur propre estime et se fixer des objectifs réalistes.

2. Manque de compétences

Les autres sont peut-être réellement en difficulté. Chaque jour, ils viennent au bureau avec davantage de peur, de ne pas satisfaire, de déplaire, d’être démasqué. Ils n’osent pas entreprendre quelque chose, ils risquent de tout perdre. La faute les guette pourtant s’ils ne se décident pas à mettre fin à leur cauchemar.

Que faire dans ce cas ? 

Mieux vaut tout avouer sans tarder. Allez affronter votre chef et dites-lui tout. Qu’est-ce qui vous fait croire que vous n’êtes pas à votre place ? Gestion de projets, gestion de l’équipe ?

Venez avec une solution, vous serez sans doute pardonné. N’arrivez pas les mains vides, votre problème sur les bras. Veillez à avoir anticipé pour parer à vos lacunes. Alléger provisoirement votre charge, par exemple, ou suivre une formation pour vous améliorer.

Soyez confiant, néanmoins. Tout n’est pas perdu. Vous n’avez pas reçu cette promotion par hasard mais pour le potentiel que l’on a décelé en vous. Plus tôt vous vous y prenez, mieux vous vous sentirez.

Remplacez la peur par la confiance. Demain, vous pouvez devenir une autre personne.

Sources : jobboom.com 

25/03/2014

  • 25 mars 2014