8 % d’augmentation en cas de promotion

« Nous sommes ‘récompensés’ pour continuer à exercer la même fonction » (Walter Jansses, Hay Group).

Un employé belge qui reçoit une promotion peut s’attendre à quelque 8% d’augmentation brute. « C’est quasi le plus bas au monde », affirme Walter Janssens de Hay Group.

C’est dans les économies émergentes, comme la Chine ou le Brésil, que les promotions sont financièrement les plus intéressantes. Là, elles sont liées à des augmentations salariales qui atteignent respectivement 35 et 27%. C’est une récente étude menée par le bureau de conseils Hay Group dans soixante pays qui le révèle.

De la même étude, il ressort que c’est surtout au niveau des fonctions inférieures que les écarts entre pays sont considérables. « A mesure que le niveau de fonction s’élève, les différences de revenus au niveau mondial s’amenuisent », prétend Walter Janssens.

Ecart salarial

Dans les marchés matures comme la Belgique, les cadres supérieurs perçoivent environ 3 à 3 fois er demi ce que les travailleurs administratifs gagnent. Les hauts dirigeants chinois gagnent 19 fois plus que leur personnel d’exécution. Année après année, le fossé salarial entre les senior managers belges et leurs homologues chinois se réduit.

En 2013, un cadre supérieur en Chine gagne 75% du salaire de ses collègues belges tandis que le personnel d‘exécution belge reçoit encore 8 fois plus que ce qu’il percevrait s’il était en Chine. « Un gros écart salarial entre pays pour les fonctions inférieures et de petites différences au niveau des fonctions supérieures », c’est ainsi que Walter Janssens résume l’étude.

Innovation

Dans le rapport que le FMI a récemment publié, on lit que l’économie belge accuse une augmentation trop maigre de sa productivité ainsi qu’un manque d’innovation.

« En Belgique, nous devons veiller à réunir les compétences humaines nécessaires à l’innovation qui est plus que souhaitable. Nous devrions stimuler davantage celles-ci également sur le plan financier. Les entreprises devraient pouvoir limiter les hausses automatiques de salaire auxquelles l’ancienneté donne encore automatiquement droit, afin de pouvoir utiliser le budget ainsi libéré pour des augmentations plus généreuses en cas de promotion. C’est ainsi que nous pourrions stimuler aussi financièrement les collaborateurs à mobiliser entièrement leurs compétences. »

Une enquête précédente de Hay Group le prouve, les salaires belges sont très fortement liés à la durée de service. « Les collaborateurs sont donc primés pour continuer à exercer la même fonction alors que c’est précisément les inciter à briguer un poste plus élevé que nous devrions nous attacher à faire », conclut Walter Janssens.

(wv/sc) 

Plus d'info Carrière , Gagner plus / moins

22/04/2014