Précédent

1 de 731

Suivant
Article suivant:

Quels sont les points communs entre les footballeurs de haut niveau et les gladiateurs ?

Switch de carrière : de diététicienne à galeriste

21 février 2020

"Si je remarque qu'un client est heureux suite à l'achat d'une œuvre d'art, je le deviens également" (Charlotte Meersseman, galeriste).

Cela fait plus de vingt ans que Charlotte a fait le pas d'ouvrir sa propre galerie d'art dans le centre de Tervuren. Avant cela, elle était diététicienne et assureuse. Charlotte Meersseman fait désormais le point sur sa carrière. "Il n'y a pas de véritables formules de réussite dans notre secteur. Il est difficile d'estimer quelles œuvres auront du succès."

Après sa formation à l'école hôtelière, Charlotte Meersseman a décidé de poursuivre ses études. Elle trouvait la théorie de la nutrition fascinante et décida de suivre une formation de diététicienne qu’elle réussit avec succès.

"Les stages que j'ai éffectué après mes études m’ont beaucoup plus. En revanche, trouver un emploi de diététicienne n'était pas évident à l'époque. Vous alliez généralement travailler comme diététicienne dans un hôpital, mais ces postes étaient limités. J'en étais consciente mais je ne voulais pas rester à ne rien faire. J’eus ensuite l'opportunité de travailler dans le secteur de l'assurance, challenge que j'acceptai sans hésitation car je voulais avancer dans ma vie."

Assurer des oeuvres d'art

Lors de ses années dans le monde de l'assurance, Charlotte a souvent du travailler avec des clients souhaitant assurer des œuvres d’art. "Je me suis petit à petit intéressé à l’art mais ne m’attendais pas à créer ma propre galerie d’art si rapidement. Ce déclic a eu lieu lorsque mon employeur m'a dit que mon souhait de travailler à temps partiel ne pouvait pas être exaucé. C’est à ce moment-là que j'ai su que je voulais travailler de manière indépendante dans un domaine auquel je me sentais lié. Cela marqua la naisance de ma propre galerie d’art."

Espace vide

Quelques mois plus tard, Charlotte acheta un espace commercial située dans la Nieuwstraat à Tervuren. Un investissement de taille. "Bien sûr, vous vous demandez si vos plans seront financièrement viables. En tant qu'employé, vous avez un revenu fixe chaque mois. En tant qu'indépendant, vous devez vous faire à l'idée que votre salaire peut varier considérablement d’un mois à l’autre. Heureusement, je n'étais pas seule et j’ai pu compter sur le soutien de mon mari. Il vient d'une famille d'indépendants. Il a appris à vivre avec l'incertitude financière liée à la vie de travailleur indépendant. Cela m'a beaucoup aidé et rassuré."

Dès le début, Charlotte a pensé qu'il était important de soutenir des artistes locaux. Découvrir de nouveaux artistes et tisser une relation professionnelle avec eux est une facette qui fait partie de son métier et elle est très heureuse de le faire. "Je trouve fascinant de suivre l'évolution d'un artiste. Leur esprit créatif m'inspire. Vous voyez souvent qu'ils vivent corps et âme pour leur art et qu’ils n’ont pas vraiment la fibre commerciale. Je les aide volontiers à ce niveau."

Pas toujours une réussite

Charlotte est clairement fière du nombre d'artistes avec lesquels elle a collaboré. Elle admet aussi que toutes ses expositions n’ont pas toujours été des réussites. La déception est parfois au rendez-vous. "Il n'y a pas de véritables formules de réussite dans notre secteur. Il est difficile d'estimer quelles œuvres auront du succès. Je suis souvent guidée par ma propre intuition. Si je ressens quelque chose à propos d'une œuvre, c'est généralement un bon présage. Même si ce n'est pas une vérité absolue. Pendant des années en tant que galeriste, j'ai appris que non seulement les artistes mais aussi les acheteurs étaient très différents les uns des autres."

En tant que galeriste, Charlotte sait de quoi elle parle, et ce sans formation spécifique. Y a-t-il des éléments de ses études et de ses antécédents dans le secteur de l'assurance qui l'aident aujourd'hui ? "Sans aucun doute. Mon travail concerne les gens. La confiance que je bâtis avec les gens est fondamentale dans mon métier au quotidien."

La connaissance humaine au sommet

Nous avons demandé à Charlotte quelles étaient selon elle les compétences les plus importantes d'un(e) galeriste ? "La connaissance humaine figure en tête de liste. Être capable de sympathiser avec le monde de l'art et des artistes amateurs est essentiel. Une connaissance approfondie des matériaux avec lesquels les artistes travaillent est également importante. Enfin, vous devez avoir l'œil pour repérer les nouveaux talents artistiques."

Comment Charlotte regarde-t-elle l'avenir aujourd'hui ? "Notre secteur a été durement touché depuis la crise bancaire mais cela ne m'empêche pas de continuer à aller de l’avant. Je n'ai pas lancé cette galerie dans le seul but de m’enrichir. J’exerce ce métier parce que cela me plaît. Si je remarque qu'un client est heureux suite à l'achat d'une œuvre d'art, je le deviens également. Inutile de vous dire que je compte continuer à faire perdurer cette galerie pendant de nombreuses années à venir. Mon calendrier avec l'exposition de 2020 est déjà rempli."

(sd/eh/ll)

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

D'autres ont également regardé

Rechercher des articles

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Ajoutez votre CV
Jobs pour vous vous proposera de meilleurs emplois en fonction de votre éducation, de vos compétences et de votre expérience professionnelle.

Ou recherchez dans 14818 autres jobs