Jeune diplômé
Précédent

1 de 86

Suivant

Quelles études mènent-elles le plus facilement à un emploi ?

"La crise du coronavirus a eu un impact sur les opportunités d'emploi destinées aux jeunes. Évitez toutefois de vous décourager lorsque vous choisissez vos études", Lindsey Marin, coauteure d’un rapport sur les jeunes sortant de l’école publié par le VDAB.


Toutes les études n’offrent pas les mêmes chances de trouver un emploi. Nous reprenons quelques bases du rapport récemment rédigé par le VDAB et destiné aux jeunes devant faire un choix d'études. "Les conséquences du coronavirus sont non négligeables mais vous devez surtout opter pour une vision à long terme".

1. Le diplôme ne doit pas être sous-estimé

Plus d'une personne sur quatre qui entre sur le marché du travail sans diplôme de l'enseignement secondaire sera sans emploi un an plus tard. Avec un diplôme de l'enseignement supérieur, il n'est question que d’une personne sur vingt. "Pour un jeune, un diplôme est le ticket d'entrée sur le marché du travail", insiste Lindsey Marin, chargée de suivi au VDAB et coauteure d’un rapport au sujet des jeunes sortant de l’école.

Autre facteur, les jeunes sans diplôme sont souvent les premières victimes en temps de crise. "Et lorsque l'économie repart, ils sont les derniers à être embauchés", souligne Lindsey Marin. Pour un employeur, un diplôme est souvent le seul point de référence parce que, au départ, vous n'avez aucune expérience de travail à part des activités sociales telles l’implication dans un mouvement de jeunesse ou des jobs étudiants. Celles-ci jouent toutefois un rôle lorsque vous postulez.

Le meilleur investissement de tous les temps en tant que jeune : un diplôme supérieur

2. Les métiers techniques continuent de bien se porter

Les professions techniques restent prédominantes sur la liste des professions en pénurie. Il arrive souvent que, plus le niveau d'études est élevé, meilleures sont les chances d’être embauché. "Il est donc conseillé à celles et ceux qui en ont la possibilité de décrocher un diplôme supérieur".

Toute personne sortant de l'enseignement secondaire professionnel ou technique et souhaitant exercer une profession technique doit être titulaire d'un diplôme orienté vers un secteur technique spécifique. De plus, une année de spécialisation est toujours appréciée. Enfin, sachez qu'il vaut mieux ne pas postuler après avoir suivi une simple année de transition vers des études telles les sciences industrielles. "Une telle formation n'est destinée qu'à préparer aux études supérieures et n'a pratiquement aucune valeur sur le marché du travail".

Intéressé(e) par un métier technique ? Consultez nos offres d'emploi ICI

3. Les soins de santé ont le vent en poupe

Un diplôme en soins de santé mène relativement facilement à l’emploi. Les personnes qui, pendant leurs études secondaires, optent pour une année de spécialisation en soins à la personne (soins à domicile et aux personnes âgées, travail communautaire) ou une formation en soins de santé dans l'enseignement supérieur (dentisterie ou soins infirmiers) sont presque certaines de trouver du travail à l'avenir.

"Le besoin de soins et de professionnels de la santé sera toujours là, même en période de difficultés économiques", affirme le VDAB. "Plus de femmes que d’hommes optent pour les soins de santé mais il y a un rattrapage progressif. Tans les femmes que les hommes trouvent facilement leur place sur le marché de l’emploi".

À la recherche d'un emploi dans le domaine de la santé ? Consultez vite nos offres d'emploi du moment !

4. Université et Haute École ?

Un diplôme universitaire ou d’une Haute École est généralement un (très) bon investissement. Bien entendu, ces diplômes diffèrent les uns des autres en termes d'opportunités sur le marché du travail. En plus des disciplines STEM, d'autres diplômes supérieurs sont également très recherchés. "Au niveau des masters, je pense par exemple à l'économie, aux sciences commerciales et au droit. Ces formations offrent une multitude de possibilités. Pour les baccalauréats, les sciences commerciales, la gestion d’entreprise et les soins de santé arrivent en tête de liste.

5. Et le coronavirus ?

Le coronavirus a un impact sur les chiffres. En effet, il y a eu moins d'opportunités d'emploi dans l'industrie hôtelière, le tourisme, les métiers de contact et les activités de loisirs. "Néanmoins, nous ne déconseillons pas les formations sensibles au coronavirus. Nous constatons déjà une pénurie dans certains de ces emplois au jour d’aujourd'hui."

Lindsey Marin, qui donne souvent des conférences aux jeunes sur les options d'études, recommande d'abord de choisir une direction correspondant à vos propres intérêts et ensuite regarder les opportunités sur le marché du travail. "Étudiez surtout ce qui vous plaît".

Lisez aussi notre guide électronique : Préparez-vous à vos entretiens d'embauche (pdf)

(wv/eh)


14 juillet 2021
Jobs recommandés

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

D'autres ont également regardé