Précédent

1 de 208

Suivant
Article suivant:

Le recrutement 'ouvert' : plus besoin de postuler

Pouvez-vous tester un candidat par le biais d’une période d’essai non rémunérée ?

8 juin 2020
Si vous êtes à la recherche d’un emploi, vous aurez sans doute déjà vécu la situation suivante : un job vous plait, votre futur patron apprécie vos aptitudes professionnelles et il vous demande de passer un dernier test pratique avant de vous engager. De telles pratiques sont-elles autorisées ? Pouvez-vous exiger une rémunération pour vos prestations ?

Savoir à qui vous avez affaire

L'introduction du statut unique en 2014 a apporté son lot de changements pour les travailleurs. Parmi ceux-ci figurait la suppression de la période d’essai. Les employeurs ont dû trouver d’autres moyens pour évaluer si leurs candidats favoris étaient appropriés pour les postes proposés.

Depuis lors, la proposition d'un premier contrat à durée déterminée (3 mois) avant de passer à un contrat à durée indéterminée est monnaie courante sur le marché de l’emploi. Il apparaît toutefois que la demande de passage d’un test pratique dans l’entreprise est de plus en plus fréquente. En soi, ce n'est pas une mauvaise chose car cela permet tant à l’employeur qu’à l’employé de savoir ce qui les attend.

Règles du jeu

Bien que la législation ne communique pas de définition exacte d’une telle procédure, une jurisprudence fournit un certain nombre de règles du jeu juridiquement valables. Il y a bien évidemment des limites à ne pas dépasser lorsque vous passez un tel test.

1. Pas plus long que nécessaire

Passer une journée de travail complète à travailler gratuitement à la chaîne pour 'vivre pleinement le processus de production' n'est pas le but d'un test pratique. Une journée de travail complète (ou plus) est considérée comme telle et doit donc être rémunérée. Sans contrat de travail, il s’agira de travail non déclaré. Un test pratique de courte durée n'est pas considéré comme du travail rémunéré.

2. Productif mais pas rentable

En tant que candidat, vous n'êtes pas censé faire gagner de l’argent à votre futur patron lors du test. Ce serait trop facile. Le test peut donc être productif mais pas rentable.

3. Pas de salaire

Vous ne toucherez aucun salaire pour votre test pratique. Dans le meilleur des cas, vous recevrez un dédommagement pour couvrir les dépenses que vous avez faites pour passer ce test.

4. Document

Exigez de recevoir un document décrivant exactement ce qui sera testé et combien de temps le test prendra. Demandez clairement s'il s'agit d'un test ou du début d'un contrat de travail. Cela évitera les malentendus par la suite.

Bon à savoir : en tant que candidat, vous ne serez pas couvert par l'assurance de l’entreprise en cas d’accident de travail pendant le test, et ce tout simplement parce qu'aucun contrat de travail n'a encore été signé.

Iris Tolpe, partenaire chez Securex Consult, nous donne les bons conseils suivants : "Réfléchissez avant de commencer. Effectuer un test sans rédiger de document présente des risques pour l'employeur. En cas d'inspection, il peut être accusé de travail non déclaré. De plus, le candidat potentiel peut exiger qu'un contrat de travail verbal soit conclu et que, si l'employeur ne souhaite pas continuer à travailler avec le candidat "testé", il puisse être condamné à lui verser une compensation."

Rien n’est gratuit

Voici quelques exemples de tests 'gratuits' abusifs survenus ces dernières années :

En 2015, le magasin Action de Hasselt a proposé à des candidats de travailler pendant deux semaines dans une autre filiale. Ce n'est que le dernier 'jour ouvrable' qu'on leur a dit que seul un nombre limité de candidats obtiendraient effectivement un contrat de travail. La chaîne de magasins discount s’est rapidement rendue compte de son erreur et tous les candidats ont finalement décroché un contrat de travail.

Lors d’entretiens téléphoniques, des séances de brainstorming inspirantes sont aussi souvent proposées aux candidats. Une personne postulant par exemple à un poste en marketing est invitée à trouver 5 façons originales d'approcher les clients ("la personne avec la meilleure proposition est conviée à un entretien"). Inspiration gratuite et 'pensée créative' à moindres frais...

Enfin, les clients demandent souvent aux travailleurs freelance de suivre une période de formation dans leurs entreprises. Ceux-ci doivent redoubler de prudence et éviter de se faire exploiter par des employeurs peu scrupuleux.

Rêve vs réalité

Des candidats qui travaillent gratuitement ? Bon nombre d’entreprises en rêvent mais cela n’existe pas dans la réalité. Un test ne doit pas être utilisé pour exploiter de la main-d'œuvre gratuite et il ne s’agit en aucun cas d'un contrat de travail.

En conclusion, inscrivez tout clairement sur papier et faites de votre mieux lors de votre test. Yes, you can !

(eh/ll)


Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

D'autres ont également regardé

Rechercher des articles

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Ajoutez votre CV
Jobs pour vous vous proposera de meilleurs emplois en fonction de votre éducation, de vos compétences et de votre expérience professionnelle.

Ou recherchez dans 14749 autres jobs