Jobs d'avenir Précédent

1 de 245

Suivant

Le mythe persistant autour de la numérisation

Les employés considèrent trop souvent la numérisation et l’automatisation comme des fardeaux voire des menaces. Les entreprises entrevoient généralement la numérisation comme un projet fragmenté et minimisent l’importance des ressources humaines au quotidien. "Une telle approche pose problème à court terme", déclare Kristof Dujardin, CIO d'Attentia.

28 mars 2019

Partager

"Avec la bonne vision et en plaçant l’être humain au centre de l'organisation, la numérisation peut parfaitement être modulaire" (Kristof Dujardin, CIO d'Attentia).

De telles observations proviennent d’une étude menée par Attentia auprès de 300 spécialistes en ressources humaines travaillant dans divers secteurs. Il apparaît que la majorité d’entre eux n'a pas une vision claire de la numérisation et du rôle des ressources humaines et du bien-être des travailleurs dans leur organisation.

Menace

Dans l’enquête, à peine 12% des répondants indiquent que leur entreprise est en cours de numérisation complète. Mais en ne plaçant pas les employés comme point de départ de la transformation, il y a peu de chances que celle-ci aboutisse. "Dans la pratique, il est préférable de commencer l’évolution numérique par les employés car ce sont eux qui finissent par travailler quotidiennement avec les outils numériques", poursuit Kristof Dujardin. "De plus, un soutien important pour la numérisation est essentiel."

Mais nous n’y sommes pas encore (du tout). 23% des personnes interrogées ont par exemple indiqué que les employés de leur entreprise considéraient la numérisation et l'automatisation comme un fardeau voire une menace. 29% n'ont même aucune idée de l'opinion des travailleurs au sujet de la numérisation.

Mythe persistant

Dans un monde idéal, l'informatique et la numérisation vont de pair. "Aujourd'hui, trop d'entreprises ne voient pas encore la transformation numérique dans son ensemble, ce qui signifie que la numérisation des ressources humaines et du bien-être est menacée. Cette approche n’est pas des plus efficaces et posera des problèmes au sein de la société à court terme", affirme Kristof Dujardin. Le mythe persistant selon lequel la transformation numérique est vaste et coûteuse doit également disparaître.

"Avec la bonne vision et en plaçant l’être humain au centre de l'organisation, la numérisation peut parfaitement être modulaire", déclare Kristof Dujardin. "Grâce à des solutions logicielles puissantes mais conviviales dans le cloud, il n’est pas question d’investissements colossaux. Après tout, la transformation est financée sur une base mensuelle ou annuelle, en tenant compte du nombre d'employés", poursuit-il. Cela illustre parfaitement que la numérisation fonctionne mieux humainement et de façon modulaire.

Que fait un chef d'équipe payrol ?

Sylvia Goossens travaille sur la mise en place d'une nouvelle plate-forme en ligne chez Attentia. Parallèlement, elle est le chef d’équipe payroll et dirige un département de neuf employés. Ceux-ci s’occupent de l’administration de salaires pour des (gros) clients tels que ING Lease ou Telenet Retail. Voici ce à quoi ressemble son quotidien :

8h30 : j'arrive au travail. Tout d'abord, je parcours mes e-mails et regarde ce qui est à l’ordre du jour. En tant que chef d'équipe payrol, je suis également responsable des services liés à l'administration et à la gestion des salaires. Enfin, je m’occupe aussi du payrol de notre unité commerciale de prévention et de protection et je gère certains projets RH.

10h00 : j'ai une réunion avec mes deux autres collègues chefs d'équipe. L’un est responsable de l’optimisation des bonus, l’autre du sourcing et de nos consultants qui travaillent pour les clients. Notre manager est également présent à la réunion. Nous discutons de ce qui est important dans le domaine du people management, de nos activités et de l’état de nos finances. Nous parcourons également les contrats en cours et les visites à effectuer chez les clients.

11h30 : la réunion est terminée. Je consulte une nouvelle fois mes e-mails. Pendant la pause de midi, je vais rapidement faire quelques courses chez Albert Heijn dans le quartier.

13h15 :je parcours le projet 'Attentia meets DOTS' avec le 'reward manager'. Il s’agit d'une plate-forme en ligne permettant de gérer les tâches liées au bien-être et aux ressources humaines dans une seule et même application. Beaucoup de nos clients travaillent déjà avec DOTS et nous faisons désormais de même en interne. Pratiquez ce que vous prêchez ! C’est un beau projet que j'ai supervisé avec le département des ressources humaines et d'autres collègues.

15h30 : Je contacte des clients et programme des visites ou appels téléphoniques pour la semaine prochaine. Il y a un certain nombre de renouvellements de contrats à discuter avec les clients. Je les passe en revue et analyse une série de rapports numériques parce que les budgets doivent être correctement alloués.

17h15 : Je récupère mes enfants Camille (six ans) et Basile (trois ans) à la garderie. Après le dîner, je fais encore une heure de sport et suis le programme 'Afterburn'. Il s’agit d’un entraînement intensif en groupe dirigé par un entraîneur personnel.

(wv) – Plus d’informations : www.attentia.be/fr  

Sylvia Goossens

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?