Wanted : pionniers électriques

Le 'Bond Beter Leefmilieu' (BBL) lance un projet pilote dans le Brabant flamand où vingt conducteurs testent une voiture électrique de leasing.

Tous les spécialistes sont d'accord : la voiture électrique est l'avenir. Le Bond Beter Leefmilieu (BBL), une organisation dont le but est de faire la transition vers une société durable et renouvelable, a décidé de lancer un projet pilote 'Test drivers' dans le Brabant flamand. Celui-ci permet à une vingtaine de conducteurs de tester une voiture électrique de leasing. Le but est d’analyser leurs expériences et la manière dont la conduite électrique pourrait être encore mieux promue.

Le BBL a mis ce projet en place en collaboration avec Nissan, la société de leasing ALD et Autodelen.net. Le but est de permettre à une vingtaine de personnes de louer une voiture électrique pendant un an et de la piloter mais aussi de la partager le plus possible avec leurs voisins, les membres de leur famille et leurs amis.

"L'idée est de collecter le plus d'expériences possibles sur la conduite électrique et partagée pour ensuite mettre notre politique en place", explique Laurien Spruyt du BBL. "Nous recherchons donc un public très diversifié : hommes, femmes, jeunes, moins jeunes, familles, célibataires,… Il est également prévu que ces personnes deviennent des 'ambassadeurs' de la conduite électrique et qu’ils puissent promouvoir les avantages de la voiture électrique par rapport au moteur à combustion classique."

Écologique

L'avantage le plus évident est qu'une voiture électrique est très écologique et n'émet aucune émission de CO2 ni de particules ou déchets chimiques. L'impact des véhicules électriques sur le climat et l'environnement dépend de l'origine de l'électricité utilisée. En effet, ils ont un plus grand avantage environnemental si leur électricité provient d'énergie 100% renouvelable et non de sources fossiles ou nucléaires.

La voiture électrique n'est pas seulement respectueuse de l'environnement. Selon les initiateurs du projet, son coût d'utilisation (TCO ou coût total de possession) est beaucoup moins cher que celui de ses homologues roulant avec des carburants conventionnels. En tant que conducteur de voiture électrique, vous recevez une prime du gouvernement et conduire votre voiture revient à beaucoup moins cher qu’un véhicule diesel ou essence, sans oublier les coûts d'entretien qui sont relativement bas.

Inconvénients

En contrepartie, il y a quelques inconvénients par rapport aux nombreux avantages. "Il n'y a pas encore beaucoup de modèles sur le marché et l'infrastructure de recharge dans notre pays pourrait être bien meilleure", admet Laurien Spruyt. "Le ministre Tommelein a promis qu'au moins 5.000 bornes de recharge feraient leur apparition d'ici 2020 mais nous sommes toujours à la traîne par rapport à nos voisins du Nord."

De plus, la prime s'applique uniquement aux particuliers et non aux entreprises. "Les plateformes de covoiturage ne peuvent par exemple pas en bénéficier. Ensuite, le gouvernement devrait faire une distinction fiscale encore plus stricte entre les voitures qui n'émettent rien et les véhicules classiques roulant au diesel et à essence", affirme-t-elle.

250 kilomètres de portée

La plupart des voitures électriques sont assez chères (même si le TCO est faible). Pour adoucir la pilule, les pilotes testeurs ont la possibilité de louer leur voiture. "Ils paient 525 euros par mois tout compris", explique Laurien Spruyt. "Y compris les taxes et assurances. En échange, les participants doivent prêter leur voiture au moins cinq fois par mois et reçoivent un remboursement de 35 € par jour de prêt. Nous fournissons également une borne de recharge dans le quartier des personnes sélectionnées. Elles n'ont plus qu'à payer pour l’énergie qu’elles consomment."

Et combien de temps peut-on rouler ? "En ce qui concerne l'autonomie des voitures, les conducteurs ne doivent pas s’inquiéter : la Nissan Leaf que nous utilisons dans le cadre du projet peut rouler au moins 250 kilomètres avec une batterie pleine. C'est une distance que la plupart des gens ne couvrent pas en un jour."

Subvention

La province du Brabant flamand soutient le projet à hauteur de 53.000 euros car elle a pour ambition d'être neutre sur le plan climatique d'ici 2040. Environ 44% des émissions de CO2 du Brabant flamand proviennent actuellement du transport, et principalement de voitures de particuliers qui roulent au diesel.

(eh/jy)

Plus d'info Lieu de travail , Voiture de société , Télétravail et indemnités de voyage

26/03/2018