Qu’est-ce qui est le mieux, aller travailler malade ou rester dans son lit ?

Malade, il est mieux de rester chez soi selon les uns. Travailler c’est bon pour la santé, disent les autres. Qui a tort, qui a raison ?

20 septembre 2013

Partager

En France, plus de la moitié des malades auraient continué à travailler pendant l’année écoulée, nous apprend Dennis Monneuse, auteur du livre « Le présentéisme : travailler malgré la maladie ». Par contre, chez nous, selon une étude antérieure du département HR Research de Securex, les absences de longue durée seraient en hausse structurelle. Les raisons ? Ce phénomène puiserait son origine dans le vieillissement de la population (les seniors restant plus longtemps malades), et dans l’augmentation du stress au travail.

Toujours chez nous, depuis 2009, les absences de courte durée seraient, quant à elles, en régression, ceci, sans doute, généré par l’angoisse, dans un contexte de crise, de perdre son emploi, voire en raison du jour de carence qui est toujours d’application chez les ouvriers. Pour les indépendants, c’est la peur de perdre des commandes qui les anime. Selon l’étude menée par Securex sur le présentéisme, la plupart des indépendants – qui ne sont pas payés pendant le 1er mois de maladie - continueraient à travailler quand ils sont malades, tout comme certains ouvriers, employés, fonctionnaires et dirigeants.

Avis partagés

L’absentéisme est généralement mal vu ; on a tendance à coller aux malades l’étiquette de carotteur. Qui plus est, rester chez soi ne serait pas la meilleure méthode pour se rétablir, isolé du monde et à l’écart de la vie active, coupé de ses relations sociales… Mais le présentéisme aurait aussi ses détracteurs, prêchant que venir au bureau n’est pas citoyen, en raison des risques de contamination, que l’on se rétablirait plus vite chez soi, etc.

Etre malade ne veut pas nécessairement dire être incapable de travailler

Il est parfaitement envisageable d’être ou de se sentir malade tout en restant capable de travailler. Exemple, une jambe cassée ne va pas empêcher un employé qui en a envie de prester un travail de bureau. Un peu grippé ? Le télétravail offre une solution tout en évitant de partager ses microbes avec ses collègues. Des problèmes privés ? Aller au bureau sera plus salutaire généralement que rester à ruminer tout seul à la maison. Les conclusions d’une enquête réalisée précédemment sur un échantillon représentatif de travailleurs le confirment : parmi les 83 % d’entre eux qui connaissaient régulièrement des soucis de santé, 44 % continuaient à travailler, s’en estimant suffisamment capables.

Il y a malade et malade

Même si l’on ne peut prester dans les conditions habituelles, notre état permet parfois d’effectuer des tâches adaptées ou différentes, moyennant adaptation du poste ou du contenu de travail.

Nous l’avons vu : il y a malade et malade. La notion d’« être malade » couvre en fait un large spectre, allant des soucis de santé et de la sensation d’être malade à l’incapacité à effectuer certaines ou toutes les tâches de son poste actuel, voire à l’incapacité totale de travail.

La maladie revêt donc différentes formes et degrés de gravité, à ceux-ci sont liés des impacts de la maladie, très variables sur la capacité et la motivation à continuer à travailler. Vous pouvez aussi avoir envie de venir au bureau malade, mu par votre sens des responsabilités : ‘qui fera mon job à ma place’ ? Ou par le pur plaisir de travailler, d’exercer un job porteur de sens. Et puis, qui vous reprochera d’être à moitié productif plutôt que de rester traîner à la maison, sans rien faire ?

En conclusion, tout dépend de votre situation concrète. A discuter avec pragmatisme avec votre responsable, plutôt que de philosopher des heures durant en faveur de l’absentéisme ou du présentéisme.

Sources : www.human-interest.be 

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.