Pas de profil Facebook ? Vous êtes suspect !

Qui n’a pas de profil Facebook aujourd’hui - contrairement à un milliard de personnes - paraît suspect aux yeux des autres et peut même être vu comme un malfaiteur potentiel. Cela ressort d’un article du journal allemand Der Tagesspiegel.

Dans l’article, un psychologue allemand annonce qu’on ne trouve nulle part sur Facebook les tueurs en série tels Anders Breivik ou James Holmes, ce tireur d’élite qui tira sur 12 personnes pendant la première de Batman à Aurora aux Etats-Unis. Selon l’expert, cette absence des comptes du très populaire réseau social prouvent en conséquence que l’on a à faire à quelqu’un sans relations sociales saines et donc qui peut être… un tueur en série.

Suspect versus normal

Peu nuancé, c’est ce que nous trouvons sérieusement, mais nous nous posons tout de même des questions sur les individus sans compte Facebook. Le réseau est si intégré à notre vie quotidienne aujourd’hui qu’il doit y avoir quelque chose qui cloche chez ceux qui refusent consciemment d’y être…

Quelqu’un qui n’a pas de profil Facebook a tout de même quelque chose à cacher, non ? Ou bien est-ce que la personne concernée a consciemment enlevé son profil parce qu’elle en subissait trop de préjudices ? En bref, ne pas avoir de profil Facebook, c’est louche et cela rompt l’évidence selon laquelle on serait tous présent sur le réseau social.

Pourquoi pas ?

La plupart des raisons pour lesquelles on n’est pas sur Facebook peuvent néanmoins être logiques et même parfaitement normales. Aujourd’hui, on peut consciemment choisir d’en être absent pour des considérations d’ordre privé, parce que le site de réseau social amène à l’addiction ou simplement parce qu’on n’estime ne pas avoir besoin de retrouver ses anciens camarades de classe.

Sources : Express.be

Plus d'info Médias sociaux

30/08/2012