Comment voir plus de femmes accéder à des fonctions dirigeantes ?

Els Daems, responsable de la diversité chez Selor.

Qu'est-ce qui retient les femmes carriéristes de postuler à des fonctions dirigeantes ? Selor, le bureau de recrutement du gouvernement fédéral, a décidé de prendre les choses en main.

"La diversité est une thématique très large", souligne Els Daems, responsable de la diversité chez Selor. "Il est surtout question de l'orientation, du handicap, de la migration mais aussi de l'égalité des sexes", précise-t-elle. Au sein du gouvernement fédéral, Els Daems assure une politique de diversité bottom-up, et vice versa. Elle agit aussi bien au niveau stratégique que sur des projets opérationnels.


Le projet 'Top Skills' est une initiative allant dans ce sens. Depuis 2009, un état d'esprit règne au sein du Selor et vise à encourager les femmes ambitieuses à participer à des évaluations dans le but d'occuper un poste de manager. "Elles ont l'occasion de présenter une étude de cas face à un jury, comme si elle étaient en situation de candidature réelle. Ensuite, elles reçoivent du feedback et des conseils pratiques", explique Els Daems. "Cela permet aux femmes de mieux s'évaluer et d'être plus sûres d'elles. Le projet 'Top Skills' était initialement destiné à des fonctions au sommet de la hiérarchie mais, depuis trois ans, nous avons aussi un programme dédié aux postes de middle management comme par exemple la gestion d'une équipe au sein du gouvernement", conclut-elle.

Apprendre à reconnaître les obstacles

En plus du développement personnel et de la connaissance de soi qui sont stimulées, Selor retire de nombreuses informations grâce au projet 'Top Skills'. "Cela nous permet d'avoir un aperçu des obstacles potentiels qui nous permettront de nous développer en conséquence. Nous avons appris que les femmes passaient d'abord par un processus de réflexion avant de postuler, contrairement aux hommes qui vont beaucoup plus de l'avant. Elles veulent avant tout être certaines de disposer des bonnes compétences et souhaitent pouvoir combiner leur travail avec leur vie privée. Il est interpelant de remarquer que le fait d'avoir des enfants ou le nombre d'enfants n'influence que peu leurs décisions."


Le projet 'Top Skills' a-t-il déjà livré des résultats ? "Dans l'ensemble, nous pouvons dire que le projet a mené un plus grand nombre de femmes vers des postes de direction", conclut Els Dames. "Il est toutefois difficile d'estimer dans quelle mesure 'Top Skills' est véritablement responsable. Nombreux sont les commentaires positifs reçus de la part des femmes qui y ont participé ces dernières années. Nous savons qu'une telle initiative connaît et continuera à connaître un certain succès. Voilà pourquoi nous la relançons chaque année. Parallèlement, nous apprenons également comment faire évoluer les femmes aux postes de direction. Enfin, 'Top Skills' n'est pas uniquement destiné aux femmes travaillant dans la fonction publique. Le secteur privé est également concerné et les personnes qui y travaillent peuvent également s'inscrire."


(eh/jy) 

Plus d'info Patrons , Accompagnement de carrière , Formation , Développement personnel

23/08/2016