Pourquoi les femmes ont-elles moins de chances de recevoir une voiture de société ?

Plus de trois quarts des véhicules de société sont octroyés à des hommes. A tous les niveaux de fonctions, des plus basiques aux plus prestigieuses, nous observons une différence flagrante au détriment des femmes. Il est intéressant de constater que cet écart augmente à mesure que le niveau de fonction diminue. Quels éléments peuvent-ils expliquer cet écart entre les hommes et les femmes ?

Cela fait mal d'entendre que les hommes gagnent plus que les femmes mais la situation n'a malheureusement pas changé. Il est en revanche surprenant que les femmes soient désavantagées concernant l'octroi d'un véhicule de fonction et que, en combinaison avec une rémunération variable et d'autres avantages extralégaux, cela ne fasse que renforcer les différences salariales.

Les véhicules de fonction augmentent de 27% l'écart salarial entre les hommes et les femmes

"Le salaire brut mensuel des femmes est en moyenne 20% inférieur à celui des hommes. Des enquêtes précédentes l'ont prouvé à plusieurs reprises", déclare Christel Van Wouwe, Reward and R&D manager chez SD Worx.


"Mais cet écart salarial est encore plus grand s'il est question de la rémunération variable (bonus, commissions, primes,…) et des avantages extralégaux (chèques repas, assurance groupe, voiture de fonction,…) en plus du salaire brut. Dans ce cas, il peut aller jusqu'à 27%."

Telles sont les chiffres publiés par le fournisseur de services RH SD Worx suite à l'analyse de plus de 114 000 fiches de paie provenant tant d'employés que de membres de la direction ou de cadres dans le secteur privé.

Trois quarts des voitures de société sont octroyées à des hommes

La différence est hallucinante : 74% des véhicules de fonction sont destinés aux hommes. Il n'est guère surprenant d'observer que cela concerne des fonctions de haut niveau. 88% des membres masculins de conseils d'administration et des cadres supérieurs disposent d'une voiture de société, contre 81% des femmes. Comme mentionné précédemment, cet écart se creuse au fur et à mesure que le niveau d'emploi diminue.


Quelques chiffres évocateurs 

  • Le cadre masculin moyen reçoit une voiture dans 77% des cas (contre 66% des femmes).
  • Chez les cadres de niveau inférieur, plus de la moitié (56%) des hommes bénéficient d'un véhicule contre 34% des femmes.
  • Chez les employés, 27% des hommes jouissent d'une voiture contre 7% des femmes.

Pourquoi les femmes ont-elles moins de chances de recevoir une voiture de société ?

Première raison : moins de postes de haut-niveau pour les femmes

Le facteur principal expliquant une telle différence est que les femmes occupent habituellement les positions dont les salaires sont moins élevés. "Les femmes ont tendance à se trouver plus bas sur l'échelle hiérarchique. En 2015, il persiste encore des différences et moins de femmes occupent les positions dons les rémunérations sont les plus élevées", explique Christel Van Wouwe, Reward and R&D manager chez SD Worx.

Deuxième raison : plus de femmes sont actives dans des secteurs moins bien rémunérés

Une autre explication peut être trouvée parmi les secteurs au sein desquels elles travaillent. "Certains secteurs offrent une rémunération moins élevée, comme par exemple les magasins de vêtements où beaucoup de femmes travaillent."


A titre exemplatif, la différence de salaire brut avec le secteur du commerce est de 25%. Si nous regardons le package salarial intégral, l'écart monte à 34%.


Dans le secteur des services, la différence est moindre : 13% au niveau du salaire brut et 20% pour le package salarial total. Au sein des secteurs typiquement féminins tels que la santé, la vente au détail et l'éducation, les femmes gagnent 19% de moins en terme de salaire brut."

Le travail à temps partiel n'est pas coupable

Dans cette étude, les salaires des travailleurs à temps partiel ont été adaptés aux salaires de contrats à temps plein. La conclusion que les hommes reçoivent beaucoup plus facilement une voiture de société n'est donc pas expliquée par le fait que les femmes travaillent plus souvent à temps partiel.

Troisième raison : les femmes sont moins valorisées pour un même effort fourni

"En plus des deux facteurs précédents, les écarts salariaux sont encore souvent attribués à la valorisation. Pourtant, les femmes sont moins mises en valeur pour un effort similaire fourni ou pour des caractéristiques telles que l'expérience, les diplômes, le degré d'ancienneté,… Pour un même emploi au sein du même secteur, les femmes gagnent encore et toujours moins que les hommes."


"Il est toutefois judicieux de noter que l'écart salarial diminue à mesure que le niveau de la fonction augmente : le salaire mensuel brut des femmes pour un poste de gestion est en moyenne 11,5% inférieur à celui de leurs collègues masculins. S'il est question de rémunération variable et d'autres avantages, cela monte à 14%."

La Flandre-Orientale obtient les moins bons résultats

L'écart salarial est le plus élevé en Flandre-Orientale (différence de 25,49% au niveau du salaire brut) alors qu'il est le plus faible au Luxembourg (15,65%). Les différences sont dans la même lignée en Flandre et en Wallonie (20,36% et 22,16%), tandis que la différence est bien plus faible à Bruxelles (14,71%).


(eh/jy) 

Plus d'info Voiture de société

29/09/2015