5 manières d’assurer votre avenir

Crise ou pas, les travailleurs avec talent restent recherchés. Il s’agit donc d’affûter vos compétences et de les exploiter à fond. Mais comment ?

19 avril 2012

Partager

1. Réfléchir à 10 fois avant de choisir ses études

Les ingénieurs, les informaticiens, les profils financiers tels les comptables et les contrôleurs, continueront à manquer pendant 10 ans. Vous voulez une carrière passionnante ? Commencez par faire le bon choix d’études. « Les entreprises ont depuis des années des difficultés à trouver de tels profils, même pendant la crise. Ce problème ne va faire que s’aggraver. Si nous faisons des projections à long terme chez nos clients, quant au nombre de travailleurs qui partiront à la retraite, nous voyons que cela ne fera que s’amplifier d’ici 5 à 10 ans », explique Gégoire Tondreau de Roland Berger Strategy Consultants.

2. Apprendre les langues

Développer vos aptitudes linguistiques ou aller travailler à l’étranger, vous donne un sérieux atout sur le marché du travail. « Les travailleurs belges sont trop peu tournés vers l’international. Les économistes par exemple vont beaucoup en Erasmus mais les ingénieurs ne le font presque pas. »

3. Effectuer des stages

Faire des stages pendant vos études est une belle opportunité pour apprendre, acquérir de l’expérience professionnelle et voyager. « Souvent, les étudiants voient cela comme une obligation. Ce n’est guère compris, mais un stage est une occasion unique pour apprendre à connaître le monde de l’entreprise. On choisit encore trop peu l’endroit de son stage de manière stratégique. Alors qu’un stage que l’on choisit en fonction de ses orientations professionnelles peut être un énorme avantage lors des sollicitations futures. A l’étranger c’est nettement plus le cas. Cela vient d’ailleurs de notre structure de formation. Heureusement, les universités commencent ici aussi à inscrire de plus en plus de stages dans leur cursus. »

4. Rester en contact avec ses employeurs et son assocation d’alumni

Les entreprises et les travailleurs devraient tous deux être plus actifs pour rester en interaction et entretenir un meilleur contact. Un collaborateur membre d’une association professionnelle ou d’anciens ajoute des atouts à ses talents. « Recruter, cela ne se limite en effet pas ou plus à remplir des postes vacants. Les entreprises doivent construire et entretenir des contacts avec leurs candidats, même si des engagements ne sont prévus qu’à long terme. Il s’agit de gérer activement son réseau, que ce soit avec les collaborateurs actuels, anciens et potentiels. »

5. Pas de mal à faire un break

« Les breaks comme une pause carrière ou un arrêt temporaire de certains projets pour suivre une formation peuvent apporter aux collaborateurs une nouvelle motivation ou renouveler leur créativité au travail. Pendant un break de ce type, on peut chouchouter son nouveau-né, réaliser un voyage ou suivre une formation. « En réalité, les entreprises sont souvent encore opposées à ces interruptions. Pourtant, c’est une partie essentielle du management des talents. Y être fermé peut créer des dégâts, comme la productivité des travailleurs qui peut en pâtir, s’ils ne s’identifient plus à leur job. Souvent, cela peut être au contraire une solution au problème. A l’avenir, les entreprises feraient mieux de se soucier davantage des préférences individuelles de leurs collaborateurs et en tenir compte, comme soutenir financièrement une formation », détaille Grégoire Tondreau.

(sc) 

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.